Baroua (Méroé), la glorieuse époque soudanaise des Reines-Pharaons

Il y a 2600 ans, les Soudanais inauguraient la troisième et dernière phase de leur empire pharaonique de Kush, en transférant leur capitale vers la ville de Méroé, de son vrai nom Baroua ou Maroua. Cette époque glorieuse demeure le sommet absolu de l’expérience sur Terre de la femme africaine.

Le Soudan méroïtique
National Geographic

Cet article suit ceux sur l’origine nubienne (Soudan-sud Egypte actuelle) de la civilisation égyptienne, et sur les deux premieres phases de l’empire de Kush, à savoir Kerma et Napata. Le lecteur pourra aussi au préalable, se documenter sur le matriarcat africain afin de mieux comprendre ce qui sera ici dit.

En -663, les Soudanais maitres de l’Afrique perdent l’Egypte. Malgré ce revers majeur, Kush va continuer son développement inexorable. Baroua, île sur le Nil à 300 km au sud de la capitale Napata, va gagner en importance.

3645 de l’ère africaine (591 av. JC). Devant l’instabilité venue d’Egypte et la reduction des terres arables à Napata, le pharaon soudanais Aspelta, arrière petit fils du légendaire Taharqa, decide de déplacer le centre politique du pays loin de la frontière égyptienne, vers cette ville où de longue date le roi était élu. Au début Napata demeure la capitale religieuse et les pharaons y sont inhumés. C’est à partir du 4e siècle av JC, que les dépouilles des souverains reposeront à Baroua.

Aspelta, premier Pharaon de Baroua. Comme son frère le Pharaon Anlamani, il fut inhumé dans un sarcophage de granit pesant 25 tonnes, le couvercle seul faisait 4 tonnes. 

L’organisation

Conformément à la tradition matriarcale africaine, le roi kushite de Baroua était choisi parmi les fils de la femme la plus puissante du clan royal. Il régnait avec sa mère et épousait souvent sa sœur pour assurer son pouvoir. Quand l’épouse royale n’était pas la fille biologique de la Reine-Mère, elle était adoptée par celle ci, qui lui transmettait la légitimité du pouvoir.

C’est cette place déjà prépondérante des femmes en Afrique qui allait servir de tremplin, comme on le verra, à leur prise de pouvoir total à Baroua.

Le conseil chargé d’élire le Pharaon était composé des chefs des clans habitant dans les aires des grandes villes, ainsi que des hauts gradés de l’armée et de l’administration. Les peuples loin des centres urbains conservaient une autonomie politique. La même structure se retrouvait dans l’empire Ashanti et le royaume du Benin au Nigeria. Le clergé était puissant et comme partout en Afrique, pouvait ordonner au roi, s’il avait mal géré le pays, de se suicider. Le roi portait le titre de Koï, nom qu’on retrouve de nos jours au Niger.

L’empire, plus grand que la France et la Grande-Bretagne réunis, était défendu par une armée redoutée depuis la haute antiquité, avec des soldats montés sur des éléphants. Ses archers, corps le plus prestigieux, semaient la terreur dans les rangs ennemis. D’une précision ahurissante, ils plantaient leurs fleches dans les yeux de leurs adversaires.

Le puissant empereur perse Cambyse qui envahit l’Egypte au 6e siècle avant JC, osa ainsi s’aventurer vers le Soudan et fut violemment tenu en échec par le pharaon de Baroua, qui l’avait au préalable prévenu de l’invincibilité de ses archers. Les Arabes après avoir conquis l’Egypte au 7e siècle après JC, subiront au début le même sort.

Les archers nubiens
Musée Nubien d’Aswan

La vallée du Nil et ses terres fertiles assurait des récoltes suffisantes. Les très nombreuses vaches marchaient près des vastes vignes et champs de coton. Les caravanes marchandes venus de la Mer Rouge, notamment des royaumes noirs de l’Arabie préislamique comme celui de Saba, transitaient par Kush pour gagner l’Afrique centrale, et vice versa. Les Soudanais commerçaient aussi intensément avec les Africains de la zone équatoriale. Le pays vendait ses textiles à l’étranger, jusqu’en Inde et en Chine.

Le commerce international, l’industrie minière, l’artisanat très avancé (travail de l’ivoire et de l’ébène, bijoux, poteries); et les activités autour des temples, ont fait de Baroua il y a 2000 ans, certainement l’Etat le plus riche du continent et un des plus riches du monde antique.

La joaillerie de Baroua

Les connaissances

Bénis par l’abondance, les Soudanais ont produit une industrie de l’or sophistiquée. Même les murs des temples étaient couverts de feuille d’or. Le minerai était tellement rependu qu’il servait à faire des chaines pour immobiliser les détenus d’après Hérodote.

Mais c’est le travail du fer qui attire le plus l’attention. Il était fondu dans de hauts fourneaux. Le nombre de scories qui témoignent de cette fièvre technologique est tel, que l’activité a été comparée à celle de la révolution industrielle en Angleterre. Baroua a été ainsi appelée par Basile Davidson la « Birmingham de l’antiquité ».

Les pyramides de Baroua
Vue d’ensemble du site
A son apogée la ville aurait compté des centaines de milliers de personnes d’après Louise Marie Diop-Maes
On note que Maroua, est aussi le nom d’une des plus grandes villes du Cameroun. Ce qui affirme encore l’origine dans le Nil de très nombreux peuples africains
le temple d’Amani (Dieu), avec l’allée centrale bordée de béliers, animal totémique du Créateur dans la tradition égypto-nubienne.
L’écriture méroïtique
Si on sait la lire, la langue reste incomprise. Comprendre les textes des anciens Soudanais et tous leurs trésors de connaissances comme c’est le cas pour les Egyptiens, est un chantier majeur pour les Africains d’aujourd’hui et de demain.

Le sommet de l’expérience de la femme africaine

Conformément à la norme en Afrique, le pouvoir était partagé entre la Mère Royale, équivalente d’Aïssata (Isis) et son fils le Roi, équivalent d’Horo (Horus). La Mère Royale portait à Kush le titre de Kandake (Candace). Elle était la détentrice du lignage royal, le plus haut personnage de l’Etat, la personne la plus honorée, garante par sa nature féminine de l’harmonie de la nation, principale conseillère du Roi, souveraine par intérim quand il ne pouvait pas régner.

Sans qu’on sache précisément pourquoi, les Kandake vont finir par assumer les fonctions d’Horus, c’est à dire chef de la politique nationale et chef des armées. Elles prendront même les titres de Sa Râ, Naba Tawy (Fils de Râ (Dieu), Maître des deux Terres), titres masculins portés par les pharaons d’Egypte. Alors que cette pratique en Egypte n’avait concerné que quelques femmes (Sobekneferou, Hatchepsout, Taousert), le fait de porter les titres masculins d’Horus était devenue la tradition au Soudan.

Les Kandake

La première Kandake à assumer les pleins pouvoirs fut Shanakdakhete en -170. On peut citer après elle Namidemak, Meleaqereabar. Mais ce sont les Candaces du début de l’ère chrétienne, qui seront les plus grandes. En -31, Rome, alors Etat le plus puissant au monde, envahit l’Egypte et essaie de conquérir le Soudan. Kandake Amanirenas répond en menant elle-même ses troupes sur le champ de bataille et charge les Romains. Elle perd un oeil au combat mais continue la guerre, qui se solde par le retrait définitif des Romains de son pays.

Kandake Amanishakheto fut pour sa part si souveraine qu’on ne sait presque rien de son époux. Kandake Amanitore quant à elle était l’égale politique de son mari Natakamani. Jamais dans l’histoire de l’Afrique les femmes n’auront été si grandes, qui plus est dans une des civilisations qui a dominé le continent.

Kandake Amanirenas écrasant ses ennemis. Cette femme est sans conteste, la plus grande femme africaine de l’histoire.
Les bijoux de Kandake Amanishakheto
Sur les deux bracelets on la voit portant les ailes de Maât, mais surtout la double couronne de la Haute et la Basse Egypte. Elle était donc bel et bien un Pharaon.
Kandake Amanitore

La chute de Baroua et la fin de l’empire de Kush

Vers le 4e siècle l’étendue des terres arables diminue, l’eau se fait rare. Le déclin se ressent par la qualité amoindrie des constructions. L’empire cède vers 325 sous les coups du peuple Nouba. Ezana, roi d’Axoum qui allait introduire le christianisme en Ethiopie en 330, mène également un raid contre Baroua. L’empire de Kush disparaît après 2800 ans d’existence, donc 1100 ans de souveraineté continue et 900 ans d’époque méroïtique.

Après 4000 ans d’éclat, la culture africaine pharaonique, qui a civilisé l’Asie, l’Amérique et l’Europe, s’éteint là où elle a commencé, en Nubie. L’Afrique inaugure l’Epoque Impériale avec l’empire soninké de Ghana au Mali-Mauritanie. Le Soudan continuera à briller à travers ses royaumes noirs chrétiens dont nous avons parlés ici, avant que les Arabes ne le prennent au 14e siècle.

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Notes :

  • – Histoire Générale de l’Afrique, volume 2, Unesco
  • – Histoire de l’Afrique noire, Joseph Ki-Zerbo
  • – Afrique noire, sol, démographie et histoire; Louise Marie Diop-Maes
  • – Wikipedia
Spread the love