Kush, la civilisation pharaonique du Soudan

Il y a 4500 ans, les anciens Soudanais fondaient cet Etat puissant, qui allait devenir le plus grand d’Afrique et probablement le plus important au monde pendant un demi-siècle…

Le pharaon Taharqa, dont le règne représente l’apogée du Soudan, menant la procession lors de la cérémonie d’Opet à Napata, au pied de la montagne sacrée du Djebel Barkal, lieu saint des Africains anciens. Mandjet, la barque solaire tout en or, représentant le parcours du Soleil messager de Dieu dans le ciel, est sortie.
Illustration de National Geographic

Pour comprendre cet article, le lecteur pourra se documenter sur la naissance des éléments de la civilisation en Afrique australe et dans les Grands Lacs, sur l’origine nubienne de la civilisation égyptienne et sur le caractère strictement noir de la civilisation égyptienne.

Aux origines

Comme nous l’avons dit dans nos articles précédents, la Nubie (Soudan-Sud de l’Egypte actuelle-Ethiopie) a été peuplée par des groupes de pêcheurs, et de chasseurs cueilleurs de la région des Grands Lacs, lieu de naissance de l’humanité moderne, auxquels sont venus s’ajouter les peuples noirs du Sahara.

C’est la rencontre de tous ces groupes dans la vallée du Nil qui va marquer le début de son histoire, située par les Egyptiens anciens à 40 000 ans. Ce sont les éléments culturels et les connaissances de la Nubie qui vont être développés et faire naître au nord de cette entité, la civilisation égyptienne.

Pendant que les Egyptiens érigent la plus grande civilisation de l’histoire et conquièrent le nord du Nil, beaucoup de peuples au Soudan vivent encore de la chasse et de la cueillette. Il y a 5000 ans, les villages apparaissent, centrés autour de l’activité agropastorale. Ils s’organisent et se fédèrent à travers les différents clans et lignages. C’est la complexification progressive de ces groupes qui va donner naissance à la ville de Kerma, marquant ainsi la première étape de l’empire de Kush.

Kerma

Mathieu Honegger de la Mission Archéologique Suisse à Kerma dit à propos de cette première métropole du Soudan «Vers 2500 avant J.C., les premières tombes de la nécropole montrent que la société est relativement égalitaire. Il y a probablement des chefs de lignage, mais à cette époque, leurs tombes ne se distinguent pas vraiment de celles des autres membres de la société.

Et tout d’un coup, vers 2500-2300 avant J.C., les tombes deviennent plus grandes, l’armement apparaît, les importations depuis l’Egypte deviennent plus nombreuses, tout le monde a un miroir en bronze, objet de grand luxe, il y a de l’or, des animaux sacrifiés, des morts d’accompagnement, et une vaisselle d’une richesse extraordinaire, avec des motifs très fins» [1].

L’emporium de Kerma reconstitué, avec la grande hutte de reception du roi au centre et un des temples (Deffufa). Les Soudanais comme tous les Africains adoraient le Dieu unique Imana/Amen, appelé localement Amani.
(Marc Juliard)
Kerma
Les vestiges d’un Deffufa aujourd’hui, la structure était haute comme un immeuble de 5 étages.
Vestiges de temples à Kerma. Ce complexe de 3 bâtiments a été construit il y a 3500 à 4000 ans. Les formes géométriques précises rendent compte de l’avancement des connaissances des Nubiens, qui en bons Africains, avaient pour science sacrée l’astronomie, afin de percer les secrets de l’univers et découvrir la parole d’Amani.
Ce même temple, ici reconstitué, fait de briques de terre crue de 3 à 4 mètres d’épaisseur, était fermé par de grandes portes et soutenu par 1400 colonnes!!!! Il était long sur certains côtés de 50 mètres!! Son architecture n’est pas égyptienne mais bien locale.

Contrairement aux Egyptiens, les Soudanais de Kerma n’embaument pas leurs morts mais les laissent momifier à l’air libre. Certains sont couchés sur le côté en position fœtale, repliés sur eux mêmes. Ce positionnement du mort était pratiqué lors des premières dynasties égyptiennes et se retrouve sur le célèbre site de Stonehenge en Angleterre. Ce qui laisserait penser une nouvelle fois que Stonehenge a été bâti par des Noirs, les Egyptiens peut-être (*).  

Les rois sont accompagnés dans leurs morts par des épouses et enfants, pour pensait on, aller continuer la même vie dans l’au-delà. Dans le prestigieux royaume de Benin au Nigeria ces siècles derniers, des ministres et serviteurs étaient aussi mis à mort pour accompagner le roi dans le monde des ancêtres.

Se situant sur la route des échanges commerciaux entre l’Egypte et le cœur du continent, Kerma sert de transit aux peaux de félins, encens, ivoire, ébène exportés par les Africains de la zone équatoriale; et aux faïences sophistiquées et armes et ustensiles en bronze vendus par les Egyptiens.

Le Soudan ancien est par ailleurs béni par l’abondance inouïe de l’or, des carrières de pierres et de diorites nécessaires aux constructions ainsi qu’à la fabrication de statues du culte vitaliste (animiste). C’est cette abondance de l’or, dit Noub par les Africains de l’antiquité, qui est à l’origine du mot Nubie. Le développement de Kerma s’accélère donc et vers -2050, les chefs de clans ont à leur tête leur premier roi, dont les restes de la sépulture attestent de sa pompe et son importance.

C’est donc un royaume fort et riche, avec pour capitale Kerma, qui peut imposer ses conditions au commerce, et qui tient des matières premières voulues par les Egyptiens, dont près d’une trentaine de pharaons, et parmi les plus grands, étaient nés en Nubie. Les bonnes relations laissent ainsi place à la rivalité entre les deux Etats africains.

Bien que conscients de leurs liens de fraternité, les attaques de part et d’autre sont nombreuses, et culminent pendant le règne de Khakaouré Sen Ouseret (Sesostris III) il y a 3800 ans. Le pharaon va mener une politique guerrière exceptionnellement brutale contre le royaume de Kush, jusqu’à ériger l’imposant fort de Buhen pour contrôler le passage des Nubiens sur le Nil. C’est cette rivalité, paradoxalement, qui va finir par donner à Kush sa prééminence sur l’Afrique.

La tutelle égyptienne

-1730, l’Egypte est envahie au nord par les Hyksos, le pouvoir pharaonique se replie au sud. Les Kushites vont profiter de cet affaiblissement de l’Egypte et entretenir de bonnes relations avec les envahisseurs. La prospérité de Kerma atteint son apogée, les Hyksos vont jusqu’à requérir l’aide des Nubiens dans leur lutte contre les Egyptiens.

Quand l’Egypte se libère, les Pharaons, amers après cette longue et douloureuse occupation de 190 ans, et décider à briser l’étau qui les comprimait, vont conquérir Kush. Yahmessou (Ahmosis I) soumet Kerma qui n’accepte pas cette autorité. Aakheperkarè Djehouty-Messou (Thoutmosis I) rase la ville il y a 3500 ans. Kerma s’éteint.

Le pays devient une province égyptienne, administrée par le Vice Roi de Kush, un haut fonctionnaire puissant et proche du pharaon. Les périodes de paix alternent avec les révoltes, régulièrement réprimées. Bien qu’étant vus par les Egyptiens comme un peuple ancestral et spirituel, les Nubiens du fait de leurs soulèvements répétitifs, sont aussi considérés par Menkheperrè Djehouty-Messou (Thoutmosis III) – lui-même de mère soudanaise qu’il vénère – comme des barbares.

Les pharaons des 18e et 19e dynasties vont alors recouvrir le Soudan de temples et de constructions splendides, afin d’honorer son caractère divin.

Vestiges du temple d’Imanahotep Hekaouaset (Amenhotep III) au nord du royaume de Kush, à Soleb, durant la 18e dynastie égyptienne. Comme Amenhotep III, tous les pharaons légitimes laissaient des vestiges et des constructions en Nubie. Source: Serge Sibert/ Cosmos
Le temple de Sesebi, construit par Imanahotep Akh n Iten (Akhenaton)
Le temple d’Abou Simbel construit par Ramessou Maryimana (Ramses II), représente à n’en pas douter l’oeuvre la plus emblématique des pharaons égyptiens en Nubie. Tout autour de ces temples et autres édifices, foisonnaient des activités économiques qui ont enrichi le Soudan.

Les princes locaux vont être éduqués à la cour égyptienne pour garantir leur loyauté. Autour des nombreux temples et centres administratifs construits sous ordre des Pharaons, une activité économique et intellectuelle grouille, le pays se developpe de nouveau. Cette grande prospérité, associée aux nouveaux apports culturels, vont finalement calmer la Nubie, qui va profiter de cette période et recevoir de nouvelles techniques. C’est ce transfert de connaissances qui va servir de tremplin à la domination du Soudan sur l’Afrique.

Napata

-1070, l’Egypte est de nouveau prise au nord, cette fois par les Noirs Libyens. Le pouvoir originel se refugie au sud. Epargné par les affrontements, Kush affirme peu à peu sa puissance économique, politique, militaire, religieuse et culturelle, au point d’exercer une tutelle sur le sud de l’Egypte. La capitale est installée à Napata, au pied de la montagne sacrée du Djebel Barkal.

Appelés au secours par les Egyptiens, les pharaons soudanais Piankhy et Shabaka détruisent le pouvoir libyen et dirigent ainsi toute la vallée du Nil et probablement une grande partie de la corne de l’Afrique. Dans l’élan de ces conquêtes, les troupes soudano-égyptiennes arrivent jusqu’au Mexique et y fondent la civilisation olmèque.

Mais c’est le tout puissant pharaon Taharqa, fils de Piankhy, qui va imprimer un développement fabuleux sur toute la région et rendre son éclat à l’Egypte civilisatrice de la Terre. Après une épopée militaire fantastique qui le conduit en Espagne et à Jérusalem où il sauve les Juifs des attaques assyriennes, il construit partout sur les bords du Nil.

Si l’empire soudano-égyptien de cette époque a pour rival politico-militaire l’Assyrie en Asie de l’ouest, il est économiquement et culturellement, certainement l’Etat le plus puissant au monde.

Les Pharaons soudanais Shabaka et Taharqa
Les pyramides de Napata
Les Soudanais ont construit 3 fois plus de pyramides que les Egyptiens. Les pyramides égyptiennes sont ceci dit beaucoup plus grandes. 
Pyramides de Nuri près de Napata
Temple de Dieu au pied du Djebel Barkal
Construit par Taharqa
Reconstitution de Learning Sites, Inc
Temple de Dieu à Kawa au Soudan; construit par Taharqa
Les gigantesques constructions de Taharqa dans le saint des saints du patrimoine religieux africain : le temple de Dieu à Karnak en Egypte.

Conformément à la tradition matriarcale africaine, les pharaons soudanais, comme les Egyptiens, règnent avec leurs mères et épousent leurs sœurs pour légitimer leurs pouvoirs. Les princesses soudanaises prennent la tête du clergé égyptien dans la ville sainte de Ouaset (Thèbes). Taharqa se déclara ainsi fils de Mout, partie féminine de Dieu.

En -663, les Assyriens inarrêtables envahissent l’Egypte. Le pharaon Tantamani, successeur de Taharqa, malgré sa résistance formidable, les voient débouler sur Thèbes, la capitale légendaire de l’Afrique, qui est détruite. Les Soudanais perdent l’Egypte mais vont continuer à prospérer. Ils déplacent leur capitale à Baroua (Méroé), inaugurant la 3e phase du glorieux empire Kushite et l’époque magnifique des Reines Pharaons, dont nous avons parlées ici.

*PS : Stonehenge a bien été bâti par des peuples blancs. Il reste cependant à expliquer la forte influence africaine (construction en rapport avec les équinoxes, élongation des cranes, inhumation en position fœtale) trouvée sur le site. La présence ancienne des Noirs phéniciens en Grande Bretagne est une piste possible. 

Hotep!

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Notes :

  • – Histoire générale de l’Afrique, volume 2; Unesco
  • – Histoire de l’Afrique noire, Joseph Ki-Zerbo
  • – Un fabuleux royaume africain, rival de ceux des pharaons;
    Par Marc-André Miserez, publié dans swissinfo.ch
  • – Reportage sur les temples de Kerma; TV5 Monde
  • – Vidéo de la page de Kham Piankhy sur les temples de Kerma; YouTube
  • – [1] Un fabuleux royaume africain, rival de ceux des pharaons;
    Par Marc-André Miserez, publié dans swissinfo.ch
Spread the love