L’empire de Wagadou (ancien Ghana)

Il y a 1700 ans, le peuple Soninké fondait entre la Mauritanie et le Mali actuels, un Etat sophistiqué, qui allait inaugurer l’époque glorieuse des empires noirs.

Vestiges à Ouadane
Vestiges à Ouadane

La polémique sur l’origine de Wagadou

La fondation de cet empire est située quelque part entre 750 avant JC et 300 après JC. Le Tarikh es Soudan, sorte d’histoire générale des empires de la boucle du Niger écrit 1300 ans après les faits par le chroniqueur noir Abderrahman Sa’adi, donne une origine blanche à Wagadou. Théorie reprise par l’historien Delafosse. Le problème avec cette théorie est que non seulement on ne dit pas exactement qui sont ces Blancs pour qu’on puisse rechercher un possible itinéraire de leur venue en Afrique et accréditer leur présence, mais encore les fondements de l’empire sont strictement africains.

De la transmission matrilinéaire du pouvoir qu’on retrouve dans tout le monde noir, aux rites funéraires, à la présence d’une nécropole où étaient enterrés les rois qui rappelle beaucoup l’Egypte, à la religion africaine qui était pratiquée jusqu’au sommet de l’Etat, et à la langue Soninké des régnants qui est restée strictement africaine. Rien ou presque dans la structure de cet empire ne laisse supposer une quelconque influence blanche dans ses fondements, même s’il y aura des sujets blancs arabes en nombre par la suite et que les nobles s’islamiseront en partie. Faut-il voir dans les écrits de Sa’adi l’aliénation qui frappe bon nombre de musulmans noirs qui s’inventent des origines blanches en Arabie ? Peut-être.

Les Soninké
Les Soninkés

Quoi qu’il en soit, seuls des rois noirs ont été vus par les étrangers dans ce pays et c’est bel et bien le peuple Soninké – peuple du grand groupe Mandingue – qui est à l’origine de la fondation de Wagadou, c’est-à-dire le pays des nobles. Les Soninké sont d’après les travaux de Germaine Dieterlen et Diarra Sylla, originaires d’Egypte, de la ville de Sonna (aujourd’hui Assouan) plus précisément [1]. Soninké signifiant ceux qui viennent de Sonna. Leur ancêtre tutélaire Dinga aurait quitté l’Egypte pour s’établir en Afrique de l’ouest. C’est eux qui vont conquérir, grâce à leur supériorité dans la maîtrise des armes en fer et à la diplomatie, des territoires qui les rendirent maître d’un Etat vaste de 1 million de Km2 au moins. C’est avec cet empire que commence l’Epoque Impériale africaine.

Le nom premier Wagadou sera progressivement substitué par les étrangers par Ghana, qui signifie or, nom donné par les Berbères qui à cette époque étaient à prédominance noire. Après avoir obtenu de haute lutte l’indépendance pour son pays, le président Kwame Nkrumah nomma son pays Ghana, en hommage à ce brillant Etat ancien, même si l’actuel et l’ancien Ghana ne partagent aucun territoire commun. 

L’organisation de Wagadou

Une des dynasties royales connues était celle des Sarakollé-Cissé. Dans la pure tradition africaine, la transmission du pouvoir à Ghana était matrilinéaire, c’est le fils de la sœur du roi qui montait sur le trône. Kanissa-aï, empereur du 7e siècle, choisi la ville de sa mère comme capitale. L’empereur Tenka Menin au 11e siècle, avait succédé à son oncle maternel Bessi et son neveu utérin était son héritier désigné. Le roi était à la tête d’un véritable gouvernement avec des ministres. Il avait des gouverneurs bel et bien noirs qui régnaient sur les grandes villes, même celles avec une forte population musulmane blanche. Il existait un système d’impôts élaboré, qui taxait les échanges commerciaux et les biens des habitants, apparemment surtout étrangers.

Wadane
Wadane

La principale richesse de l’empire provenait de l’exploitation de l’or qui était d’une abondance à peine imaginable aujourd’hui, au point que ce métal n’aura presque plus de valeur. Wagadou sera confondu à l’or. Le voyageur arabe Ibn Hawkal, qui avait pourtant visité le monde arabe, l’Asie et l’Europe, n’hésitait pas à dire à l’époque de l’empereur « C’est le plus riche du monde à cause de l’or »  [2]. Wagadou était-il comme Mali après lui le pays le plus riche au monde ? Les produits agricoles et d’élevage étaient présents en grande quantité. La verdure, les bois, des rivières, des lacs étaient partout. La monnaie d’échange dans les grouillants marchés était de la poudre d’or. Le pays était défendu par 200 000 soldats dont 40 000 archers. Sa richesse et sa force étaient connues jusqu’à Bagdad, alors capitale du monde arabe et ville la plus importante au monde.

La vie du Kaya Magan ou Tounka Ra (empereur) était aussi réglementée que celle du pharaon d’Egypte : le matin il faisait le tour de sa capitale, à cheval, suivi de toute une cour, précédé par des girafes et des éléphants… n’importe quel plaignant pouvait alors s’adresser pour lui soumettre son cas qu’il réglait aussitôt. L’après-midi, il parcourait le même itinéraire, seul, sans que personne ne puisse lui adresser la parole.

L’architecture de l’empire de Wagadou

Le savant arabe d’Espagne Bekri nous a laissé une description des villes de Ghana au 11e siècle. Il parle littéralement, d’après l’historien african-américain Chancellor Williams, de villes de pierre. Il y avait deux grandes villes dont une habitée par des jurisconsultes, des savants, des marchands arabes et berbères. Elle était à six mille lieux de la capitale vitaliste (animiste), qui était entourée de bois sacrés ou étaient enterrés les rois, et gardés par les prêtres vitalistes. L’empereur vivait dans un château fortifié, paré de sculptures, de peintures et possédant des vitres !! Il s’asseyait sur un trône d’or rouge pour regarder 10 000 de ses sujets invités à prendre le repas chaque jour dans le palais. On imagine la grandeur d’un palais qui peut recevoir 10 000 convives !!!!!

Tichitt
Tichitt
Tagant
Tagant

ghana-2Ce chiffre de 10 000 est peut être exagéré mais il laisse entendre que le palais était gigantesque. Les deux grandes villes étaient reliées par une grande avenue bordée de maisons en pierre et en bois. En 1914, les fouilles des chercheurs français ont mis à jour les vestiges de cette civilisation sous les sables de la Mauritanie et on a pu décrire, d’après l’historien Burkinabé Joseph Ki-Zerbo, des murs construits en bloc de schistes et élevés avec des angles d’une grande exactitude, renforcés par des piliers. Des rues au tracé net et des rues secondaires. Le sol de toutes les pièces minutieusement dallé avec de grandes plaques de schistes de deux mètres de longueur. Un escalier conduisant au premier ou au second étage.

architecture-ghana

La luxueuse vie de cour à Wagadou

Bekri toujours nous dit de la royauté à Wagadou « L’empereur, l’héritier présomptif, les dignitaires se couvraient littéralement d’or. Les pages, les chevaux, les chiens du Tounkara ou Kaya Magan en étaient également couverts. Seul lui et l’héritier (le fils de sa sœur) ont le droit de porter des habits taillés et cousus. Les autres personnes qui suivent la même religion que le Tounkara, c’est-à-dire la tradition – portent des pagnes de coton, de soie, ou de brocart selon leurs moyens. Les hommes avaient la barbe rasée et les femmes se rasaient la tête. La coiffure du roi était composée de plusieurs bonnets dorés entourés d’étoffes de coton très fines. 

Tagant
Tagant

Lorsqu’il donne audience au peuple, afin d’écouter ses griefs pour y remédier, il trône à l’intérieur d’un pavillon autour duquel sont rangés dix chevaux couverts de caparaçons en étoffes d’or. Derrière lui se tiennent dix pages portant des boucliers et des épées montées en or ; les fils des princes de son empire se tiennent à sa droite vêtus d’habits magnifiques et ayant les cheveux tressés et entremêlées avec de l’or. Le gouverneur de la ville est assis par terre devant le roi et, tout autour se tiennent des vizirs, c’est-à-dire les ministres, dans la même position. La porte du pavillon est gardée par des chiens d’une race excellente qui ne quittent presque jamais le roi : ils portent des colliers d’or et d’argent, garnis de grelots de mêmes métaux. 

Le bruit d’un tambour (deba) fait d’un morceau de bois creusé, annonce l’ouverture de la séance. Le peuple accourt, bat des mains, se jette de la poussière sur la tête et expose ses doléances. »[3]

Tagant
Tagant

Les causes du déclin de Wagadou

Le déclin de l’empire commença au 11e siècle. La première cause du déclin est la sècheresse. La magnifique verdure dont parlait Bekri a laissé place à un désert. La deuxième cause est l’invasion du pays par le mouvement Almoravide des Noirs Berbères islamisés, qui y ont commis pillage et exactions innommables sur une période de près de 10 ans, affaiblissant gravement l’empire.

empire_ghana-3La troisième est l’islamisation des élites et par conséquent la rupture avec la transmission matrilinéaire du pouvoir. La succession harmonieuse a laissé place à des guerres de pouvoir. La même islamisation a créé un fossé entre l’élite et le peuple demeuré vitaliste. L’islamisation forcée du peuple fut un échec et celui-ci commença à fuir le pays. Le pouvoir affaibli perdit la mine d’or de Wangara, diminuant considérablement sa richesse. C’est un empire à l’agonie, en proie aux négriers arabo-musulmans, qui fut conquis par Soundjata Keita en 1240, qui fonda l’Etat le plus puissant et le plus riche de l’époque impériale : l’empire du Mali.

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Notes :

  • Histoire de l’Afrique noire, Joseph Ki-Zerbo.
  • L’Afrique noire précoloniale, Cheikh Anta Diop
  • The destruction of black civilization (la destruction de la civilization noire), Chancellor Williams
  • [1] Soninkara
  • [2] Histoire de l’Afrique noire, Joseph Ki-Zerbo, 106
  • [3] L’Afrique noire précoloniale, Cheikh Anta Diop, 82 et 83
Spread the love