L’origine africaine du concept des « 4 éléments primordiaux »

Au commencement furent créés l’eau, l’air, le ciel (feu, soleil) et la terre. Ces éléments sont considérés comme les 4 éléments primordiaux à être apparus.

On retrouve cette notion dans les religions dites révélées (Judaïsme, Christianisme, Islam), dans la philosophie grecque et donc dans la pensée occidentale, mais aussi dans les philosophies asiatiques qui lui rajoutent souvent un élément supplémentaire. En Afrique on retrouve ce concept un peu partout, dans les spiritualités Sérère au Sénégal ou Somali notamment. Et comme on le verra, sa source est africaine.

Le lecteur pourra au préalable lire notre article sur la Religion Africaine afin de mieux comprendre les ajouts que nous ferons ici.

Les 4 éléments

Dans la pensée africaine, tout part de l’observation. Ainsi nos ancêtres ont très tôt analysé et compris la dépendance des Êtres entre eux. Les Humains ont besoin des plantes et des animaux pour s’alimenter et vivre, les animaux et les plantes ont donc été créés avant les Hommes. Sans les plantes, les animaux sont incapables de vivre, les plantes ont donc été créées avant les animaux. Pour que la plante pousse et fasse vivre les animaux et l’humanité, elle a besoin de la terre et ses minéraux, de l’air et ses gaz, du ciel (soleil) pour faire sa photosynthèse, et de l’eau. Pas de révélation ou d’idée dogmatique incomprise, on est ici dans la logique scientifique purement et simplement.

Ce faisant, avant que le cycle de la vie, inauguré par les végétaux, ne commence, il a fallu d’abord ces 4 éléments premiers. Ainsi dans la philosophie classique africaine (égyptienne), Dieu créa Shou (l’air), Tefnout (l’eau), Anouté (le ciel) et Geb (la terre). Et quand les 4 éléments furent créés, le cycle de la vie commença.

Ce schéma montre ce que les Egyptiens appelaient Pesedjet, c’est-à-dire les 9 éléments primordiaux créés par Dieu. Amen-Râ ou Atoum-Râ, Dieu unique masculin-féminin, créa les 4 éléments premiers (2 couples masculin-féminin). Ces 4 éléments primordiaux enfantèrent le monde vivant symbolisé par Ousiré et Aïssata (Osiris et Isis). Les 4 éléments enfantèrent aussi le monde stérile qui s’oppose à la vie, symbolisé par Souté et sa femme Nabintou (Seth/Satan et Nephtys). C’est donc en Afrique un couple qui représente le mal, et non pas une femme.

Osiris et Isis sur le plan terrestre représentant la végétation, Seth et Nephtys représentent la sécheresse qui s’oppose à cette vie végétale. C’est donc d’Osiris et Isis, couple fertile enfanté par les 4 éléments primordiaux, que naîtra le monde végétal, le monde animal et l’humanité.

Ousiré (Osiris) représenté en vert, symbolisant le monde végétal
A droite Aïssata (Isis), au milieu Ousiré, et à gauche leur fils Horo (Horus), qui est mi animal-mi homme. On a donc sur cette image la vie, avec le monde végétal, le monde animal et l’humanité, tous venus après les 4 éléments primordiaux. C’est cette liaison entre les plantes, les animaux et les hommes dans la pensée africaine, qui est à l’origine du totémisme.

Les Êtres vivants sont tous composés d’eau assimilée au liquide, d’air assimilé aux gaz, de ciel (feu) assimilé à l’énergie, et de terre assimilée au solide. Ainsi l’Homme est fait de sang (eau), d’oxygène (air), d’énergie (feu) et de chair et d’os (terre). Dans la tradition africaine, la chair et les os sont enterrés à la mort, on les renvoi ainsi à leur état initial. Le même parallèle peut être fait avec les végétaux et les animaux, eux aussi dotés des 4 éléments. En supprimant un seul de ces éléments, la vie s’arrête.

Cette notion en Asie fut probablement rependue par la civilisation indienne, qui est d’origine égyptienne et fut l’œuvre initiale des Noirs dravidiens originaires d’Afrique.

C’est ce même concept africain des 4 éléments, dans un ordre souvent un peu modifié, qui a été copié par le Judaïsme. Les Hébreux, venus du Moyen-Orient, se sont installés dans le pays noir de Canaan au Proche-Orient. Les Cananéens furent à de multiples reprises sous domination de leurs frères égyptiens. Que les Hébreux aient véritablement séjourné en Egypte ou pas – c’est historiquement disputé – le fait est qu’ils étaient en contact avec les Egyptiens.

C’est ainsi qu’ils ont imaginé leur trame de la création en 6 jours, reprise par le Christianisme lors de sa création au 4e siècle, et reprise encore par l’Islam au 7e siècle. On retrouve même dans la Sourate 30 verset 21 du Coran, la séparation du ciel et de la terre par l’eau, textuellement comme en Egypte ancienne (Dieu sépara le ciel et la terre par l’eau et l’air). 

Comme toujours dans les religions révélées, on ne donne aucune explication à cette trame, tout simplement parce que les auteurs ont copié sans comprendre, on demande juste à l’adepte de croire, parfois avec des menaces à peine voilées. Et ici, conformément à une vision patriarcale et mysogine, c’est la femme qui a introduit le mal.  

L’Occident attribue au savant grec ancien Empédocle cette idée des 4 éléments et nombre de théories qui lui sont attachées, tout en niant comme toujours son origine noire égyptienne bien connue. Pourtant Empédocle était influencé par Pythagore, qui avait lui-même vécu 22 années en Egypte, où il a appris tout ce qu’on lui attribue aujourd’hui. Cette idée des 4 éléments est retrouvée ensuite chez Platon, qui a bel et bien étudié en Egypte, et dont le texte est un mauvais plagiat des traditions égyptiennes. Idée reprise encore par Aristote, qui lui aussi a étudié en Egypte. De la Grèce, le concept des 4 éléments primordiaux a diffusé dans tout l’Occident.   

Ce concept a fait naître des théories en médecine, en diététique, en physique, en chimie, en astrologie, en climatologie etc…  

Les 4 éléments, représentés ici par Daniel Stolz von Stolzenberg en 1624
Les 4 éléments dans l’art occidental. Ici 4 chanteuses du groupe populaire britannique Spice Girls dans les années 2000.

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)  

Spread the love