Le président Seretse Khama et le miracle économique du Botswana

Un revenu par habitant parmi les plus hauts d’Afrique, l’index de bien-être humain le plus élevé des pays noirs, des systèmes d’éducation et de santé avancés, le pays le moins corrompu d’Afrique, une démocratie réelle, une bonne gouvernance reconnue de tous, un pays attractif pour les entreprises etc… le Botswana a vécu en 5 décennies d’indépendance un miracle économique pourtant inconnu de la majorité des Africains. Un homme est à l’origine de cette réussite : Seretse Khama. C’est de lui, de ce succès, des défis qu’il reste encore au pays, des leçons que l’Afrique doit en tirer, dont nous allons vous parler.

Seretse Khama
Seretse Khama

Le Botswana avant l’indépendance

Couvert à ¾ par le désert du Kalahari et grand comme la France, le Botswana a initialement été peuplé par les Khoisans. A l’époque impériale, l’Est du pays fut une partie du tout puissant et richissime empire du Mwene Mutapa. Vers 1800, des baSotho venus d’Afrique du Sud – et appelés Tswana – conquièrent le territoire en bonne partie. Les baTswana – divisés en 8 clans dirigés par des patriarches riches en bétail – vont faire vivre des institutions particulièrement ouvertes au peuple.

Conformément à la tradition africaine, les sociétés Tswana étaient animés par les Kgotla, c’est-à-dire des groupes de palabreurs dans chaque communauté, qui discutaient librement de l’état de la société et dont les avis étaient remontés jusqu’aux rois. Il s’agissait ici de démocraties qui avaient une réelle influence sur les régents.  

Le Kgotla aujourd'hui encore au Botswana, dit arbre à palabre en français. Cette institution de démocratie participative fut présente dans toute l'Afrique.
Le Kgotla aujourd’hui encore au Botswana, dit arbre à palabre en français. Cette institution de démocratie participative fut présente dans toute l’Afrique.

Vers la fin du 19e siècle, afin de contrer les ambitions coloniales allemandes sur l’Afrique australe, les Britanniques font du territoire un protectorat avec l’approbation des rois Tswana qui y voient un moyen de se protéger des Blancs d’Afrique du sud. Les Anglais donnent au pays le nom de Bechuanaland, c’est-à-dire le pays des Bechuana. Bechuana étant une déformation de baTswana. Le pays n’ayant à l’époque aucune ressource naturelle importante connue, c’est une colonisation peu présente que les Britanniques vont y exercer, laissant les institutions Tswana dominer. La tiédeur de la colonisation britannique ici contrastait avec la colonisation française, qui elle écrasait tout sur son passage.

Seretse Goitsebeng Maphiri Khama nait en 1921. Il est le fils de Sekhgoma Khama II, roi du clan Tswana des bamaNgwato. A 4 ans, il succède à son père décédé, mais enfant c’est son oncle qui exerce la régence. Le jeune roi est instruit dans les écoles anglaises en Afrique du Sud avant de poursuivre ses études au Royaume-Uni. Il y rencontre Ruth Williams, une anglaise, avec qui il se marrie en 1948. Ce mariage entre un roi noir et une femme blanche a des répercussions internationales. L’Afrique du Sud qui interdit les mariages interraciaux entre en colère. Les bamaNgwato quant à eux soutiennent le roi de retour. Les Britanniques finissent par céder et Seretse Khama est expulsé vers la Grande Bretagne.

Seretse Khama, jeune
Seretse Khama, jeune
Seretse Khama en lunettes, plaidant sa cause auprès des siens en 1949 lors d'un Kgotla, suite à son mariage
Seretse Khama en lunettes, plaidant sa cause auprès des siens en 1949 lors d’un Kgotla, suite à son mariage

La voie vers la souveraineté 

Après avoir renoncé à son statut de souverain, il est autorisé à retourner au Bechuanaland en 1956. Il se lance dans la politique en fondant le Botswana Democratic Party (BDP). Sa légitimité d’ancien roi et sa popularité suite aux déboires liés à son mariage le propulsent au premier plan de la politique du pays, qu’il mène à l’indépendance en 1966. Il est le premier président du Botswana, c’est-à-dire le pays des Tswana. A l’indépendance, le Botswana est un des 3 pays les plus pauvres au monde, comptant 12 km de routes bitumés, 22 diplômés universitaires et 100 de l’enseignement secondaire. Seretse Khama va transformer le pays.

Le miracle économique

Profitant de la quasi-homogénéité ethnique et linguistique du territoire, le président fonde des institutions dans la continuité de l’héritage Tswana. Les élections libres et le parlement vont dans le sens de la démocratie participative traditionnelle. Cherchant à mettre les rois sous control de l’Etat, il fonde le Ntlo ya Dikgosi, c’est-à-dire l’assemblée des chefs, qui regroupe dans un rôle consultatif 8 régents Tswana, 4 des autres peuples et 3 choisis par lui-même.

Les membres du Ntlo ya Dikgosi
Des membres du Ntlo ya Dikgosi

Le président institutionnalise également le principe de protection de la propriété privée cher aux rois possédant le bétail. Il incite les fonctionnaires britanniques à rester jusqu’à ce qu’ils soient remplacés par des locaux bien formés. Les fonctionnaires botswanais, dont la performance et le dévouement sont requis, reçoivent des salaires confortables pour les éloigner de la corruption. Ils sont jugés au mérite.

En 1967, d’immenses gisements de diamants sont découverts dans le pays, tout va s’accélérer. Le président les faits exploiter par la compagnie sud-africaine De Beers et négocie toujours à la hausse la part de son pays dans les revenus du secteur, jusqu’à en avoir la moitié. La rente liée au diamant enrichi l’Etat à l’administration efficace. Vers la moitié des années 70, le budget du pays devient excédentaire et le Botswana enregistre la plus forte croissance économique au monde pendant des années.

Le gouvernement investi massivement dans les infrastructures, l’éducation, la santé. Le pays se modernise, l’alphabétisation explose. Le président baisse les impôts pour pousser les entreprises étrangères à s’installer. Il étend le principe traditionnel de propriété privée aux entreprises, lutte sans merci contre la corruption, sort du rand sud-africain et fait battre la monnaie nationale, le Pula. Cette devise est aujourd’hui une des plus fortes et stables du continent. Les institutions financières internationales s’installent en nombre dans le pays.

Seretse Khama sur le billet d'1 Pula
Seretse Khama sur le billet d’1 Pula

La faible population botswanaise commence à prospérer de ce statut de premier producteur mondial de diamants et de pays attractif pour les entreprises. Le BDP remporte élection après élection. Le Botswana sort du statut de pays pauvre.

Sur le plan régional, Seretse Khama interdit aux mouvements armés de libération de l’Afrique australe de s’implanter dans le pays, mais leur permet le transit. Ce soutien réel mais mesuré va en faire la cible des pouvoirs blancs d’Afrique du Sud et du Zimbabwe. Seretse Khama pèse dans les négociations pour l’indépendance du Zimbabwe et dans l’organisation des Etats de l’Afrique australe.

Kenneth Kaunda de la Zambie en compagnie de Seretse Khama
Kenneth Kaunda de la Zambie en compagnie de Seretse Khama

Diabétique depuis les années 60, le président meurt au pouvoir en 1980 d’un cancer du pancréas. Ses successeurs, les présidents Ketumile Masire, Festus Mogae, et l’actuel Seretse Ian Khama – son fils – vont maintenir et renforcer les institutions qu’il a créées.

L'école de médecine de l'université de Gaborone
L’école de médecine de l’université de Gaborone
L'université des sciences et des technologies
L’université des sciences et des technologies
Botho University
Botho University
L'Hopital Sekgoma
L’Hopital Sekgoma
L’Hôpital psychiatrique de Sbrana
L’Hôpital psychiatrique de Sbrana
L’hôpital de district de Molepolole
L’hôpital de district de Molepolole
Gaborone, la capitale du pays
Gaborone, la capitale du pays

Dans les grandes lignes, pourquoi ce succès ?

  1. L’unité identitaire du Botswana : le fait que 80% du pays appartiennent au même groupe (Tswana) a limité les conflits tribaux si ravageurs en Afrique, et a assuré une stabilité au pays.
  2. Des institutions anciennes démocratiques : la possibilité qu’a toujours eu le peuple de dire ce qu’il pense de la gestion du pays a permis la prise en compte des intérêts du plus grand nombre.
  3. La grande légitimité de Seretse Khama : en tant que roi devenu président, le fondateur du Botswana moderne avait la légitimité traditionnelle renforcée par son statut de chef d’Etat. Cela lui a permis de façonner le pays comme il le voulait, y compris en mettant sous tutelle les autres rois.
  4. L’ambition de Seretse Khama : la force du Botswana réside dans ses institutions efficaces et ordonnés, créées par la volonté d’un homme, d’un patriote, qui a voulu développer son pays.
  5. La richesse naturelle : la rente minière a permis de financer le développement du pays. N’eut été elle, le processus aurait été plus lent. Par ailleurs, si les pierres précieuses avaient été découvertes pendant la période coloniale, certainement les Anglais auraient pris vraiment le control du pays. 

Les problèmes du Botswana

Si le pays se démarque clairement, tout n’est bien entendu pas idéal. Le système économique est capitaliste. Cette philosophie va avec ses désavantages puisque l’école est payante et même cher à l’université. Tous les Botswanais n’ont pas accès de manière égale au système de santé. Les inégalités existent. Le problème le plus préoccupant est le SIDA qui touche plus d’une personne sur 6. C’est un malheureux record. Les peuples non-Tswana se plaignent quant à eux de ne pas être toujours pris culturellement en compte face à l’omniprésence de la langue seTswana. Le gouvernement cherche aujourd’hui à exproprier des Khoisan de leurs terres pour exploiter les gisements miniers.

Conclusion

Le Botswana est un vrai succès économique, un pays qui fait exception, un modèle pour le monde noir, dans une Afrique généralement pauvre. C’est aussi un pays avec des défis encore à relever. Il convient pour tous les Africains de saluer et de connaître cette réussite, de s’inspirer du leadership et de la volonté de Seretse Khama, pour essayer de faire aussi bien, voir mieux, sur tout le continent. Nous pensons, en complément de notre article sur les Républiques Africaines, que les points suivants sont à retenir et à appliquer largement par des leaders ambitieux avec une vraie conscience patriotique :

  • Créer un climat d’unité identitaire pour garantir la paix nécessaire à l’épanouissement économique.
  • Fonder des institutions efficaces et enracinées dans l’héritage africain.
  • Créer une économie qui favorise et valorise l’entrepreneuriat.
  • Maintenir des objectifs socialistes : l’éducation et la santé gratuites et accessibles à tous.

Statue colossale de Seretse Khama à l'entrée du parlement à Gaborone
Statue colossale de Seretse Khama à l’entrée du parlement à Gaborone
L'aéroport international de Gaborone
L’aéroport international de Gaborone

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Notes :

Please follow and like us:
0