Qu’est-ce qu’un « ancêtre » dans la Pensée africaine?

Dans la spiritualité africaine, le concept d’ancêtre est omniprésent mais reste flou pour beaucoup. Nous essayerons ici d’expliquer à quoi il renvoie. Cet article vient en complément à notre premier article Pourquoi les Africains vénèrent-ils les Ancêtres?

Tout d’abord il faut signaler que dans son étymologie, le terme ancêtre se réfère tout simplement à un être ancien, un ancien Être. C’est la juxtaposition de ces termes (ancien et être) qui a abouti à la création du mot ancêtre.

Mais ce mot ancêtre est un mot européen et renferme donc la vision occidentale de cette notion. Pour la vision européenne un ancêtre c’est une personne qui a vécu et qui est morte à une époque lointaine, une époque antérieure aux grands parents et aux parents d’une personne qui est son descendant lointain. Rien de plus. Autrement dit un ancêtre c’est une personne qui a vécu, est morte et a eu des descendants proches et lointains. On parle aussi d’ascendants, ou d’aïeuls.  C’est d’ailleurs ainsi que beaucoup de gens comprennent la notion d’ancêtre. Le monde ayant été sous domination occidentale pendant longtemps, ce qui fait que beaucoup de gens (Noirs y compris) ont épousé cette notion d’ancêtre dans leur esprit, et c’est ainsi qu’ils la comprennent.

On voit donc que cette notion d’ancêtre telle qu’elle est comprise par tous ne se limite simplement qu’à l’ascendance biologique d’une personne. Voilà pourquoi si on ne se limite qu’a cette compréhension (venant du contexte européen et occidental) on ne peut pas comprendre pourquoi d’autres civilisations (comme les civilisations noires par exemple) attachent énormément d’importance à cette question des ancêtres et se réfèrent beaucoup aux ancêtres.

Pharaoh Awutibra Sare Horo, 13th dynasty. He bears on his head the hieroglyphic writing of the Ka. It is about 2 arms lifted towards the sky as a sign of eternity.
Le pharaon Aoutibra Saré Horo, 13e dynastie. Il porte sur la tête l’écriture hyérogliphique du Ka. Le Ka est l’énergie qui permet la vie, et est donc une des composantes de l’Être.

Si chez les autres la notion d’ancêtre ne se limite qu’à une simple ascendance biologiques, chez les Africains la notion d’ancêtre ne renvoie pas qu’à une simple ascendance biologique.

Alors lorsqu’on parle d’ancêtre chez les Noirs, qu’est-ce que ça signifie ?

La première chose à savoir c’est que chez les Africains l’ancêtre n’est pas un mort, car pour l’africain la mort telle qu’elle est généralement perçue par tout le monde n’existe pas.

Pour l’africain lorsqu’une personne meurt, ce n’est qu’une mort matérielle. Autrement dit ce n’est que son corps qui meurt, mais les énergies spirituelles (esprit, force vitale, etc) qui animaient ce corps et le faisaient vivre physiquement ne sont pas mortes car elles sont impérissables. Or pour l’africain le véritable aspect, le véritable être d’une personne n’est pas son être physique (corps, apparence, etc..) mais son être spirituel (qui ne peut mourir).

Ainsi pour l’Africain une personne morte ne meurt qu’en apparence (à travers son corps qui ne bouge plus), mais son véritable être (qui est spirituel) ne peut mourir. L’ancêtre n’étant pas un mort, mais un vivant, un être justifié, qui a atteint la perfection divine, l’africain ne parle donc pas de morts ou des morts, ou n’invoque pas des morts lorsqu’il fait référence aux ancêtres. Voila pourquoi un célèbre poème africain très connu dit par exemple que « les morts ne sont pas morts ». Toute personne qui pense ou croit donc que l’africain invoque des morts lorsqu’il parle de ses ancêtres, ignore au fond de quoi il s’agit.

Dans la perspective africaine le cycle de la vie se déroule en 4 phases qui sont : la  naissance, la mort, la résurrection et la réincarnation. C’est le parcours normal pour toute personne. L’ancêtre est une personne qui a parcouru ces 4 étapes nécessaires pour rejoindre la sainteté et la condition divine. L’ancêtre est donc un être divinisé, un saint.

Or qui est le premier être divin ? Qui est le premier saint ? Eh bien c’est le créateur (Dieu) lui-même. Dans la pensée africaine, le créateur au commencement des temps,  a lui-même inauguré ces 4 étapes afin de réaliser la perfection divine qui le caractérise. Ça signifie que dans la perspective africaine le créateur étant donné qu’il est juste, n’impose pas et ne fait pas vivre à ses créatures des choses qu’il n’a pas vécues ou qu’il n’a pas connu lui-même. Ainsi pour l’africain toutes les choses que l’homme vit (naissance, mort, etc…)  sont des épreuves que le créateur a lui-même vécu avant d’atteindre la perfection divine.

C’est ce qui fait qu’il a donné aux hommes à parcourir ce même chemin (naissance, mort, etc…)  qu’il a lui-même parcouru afin que ceux-ci (les hommes) puissent comme lui-elle rejoindre la condition divine et devenir comme lui-elle. On voit bien cette pensée dans l’histoire d’Osiris, la divinité qui comme l’être humain, naît, connait la souffrance, la mort, la résurrection, etc.… cette idée d’une divinité qui meurt, etc…. est une conception née en Afrique.

Dans la perspective de l’ascendance biologique l’ancêtre est le point de départ d’une lignée. Ainsi puisque le Créateur est celle-celui qui a précédé toutes choses et qui les a crées, le Créateur est perçu d’abord comme un ancêtre, et comme le premier de tous les ancêtres. Le créateur est donc l’Ancêtre primordial, l’Ancêtre sans lequel les autres ancêtres ne seraient pas venus à l’existence. Elle-Il est donc l’ancêtre de tous les ancêtres, l’ancêtre de toutes choses et n’est pas un mort, tous comme les ancêtres ne sont pas des morts.

538966_185044958332974_179446773_n
Ousiré (Osiris), l’ancêtre puissant, fils de Dieu, qui veille sur le trône divin.

Dans la pensée africaine, l’ancêtre des ancêtres (le Créateur) est un être qui se manifeste sous plusieurs aspects, plusieurs formes, plusieurs manières. On appelle cela du monothéisme polymorphique (monothéisme qui revêt plusieurs formes et aspects). Le pharaon Akhenaton nous le rappelle dans son célèbre Hymne a Aton lorsqu’il dit dans son Hymne à Dieu : «tu extrais éternellement des milliers de formes à partir de toi-même, tout en demeurant un».

Ce sont les manifestations et les différentes formes du créateur qui sont appelées les divinités (Osiris, Isis, Thot, etc..) en Egypte; Papa Legba, Zangbeto etc.. dans le Vodoun; Mamlambo, Inkosazana etc… chez les Zulu; Awzaar, Aïssitu chez les Somali etc… Si le Créateur est donc lui-même perçu comme un ancêtre, alors il en est de même pour ses différentes formes (Osiris, Isis, Ra, Thot, etc…) qui sont aussi des formes d’ancêtres.

C’est à dire que les divinités sont aussi des ancêtres qui ne font qu’un avec le créateur. Cheikh Anta Diop va dans ce sens dans son ouvrage Civilisation ou Barbarie page 416 et 418, lorsqu’il nous explique que «Le mort, justifié, devient un Osiris, immortel, et vit désormais parmi les dieux pour l’éternité.». Cheikh Anta Diop nous explique que c’est le défunt ayant passé l’épreuve du jugement divin avec succès (donc le mort justifié et déclaré juste) qui devint un Osiris immortel. Or Osiris est une divinité, un Neter, c’est-à-dire une manifestation du Dieu unique caché (C’est-à-dire Amon).

Alors si «Le mort, justifié, devient un Osiris, immortel, et vit désormais parmi les dieux pour l’éternité.» comme l’explique Cheikh Anta Diop, ça veut dire que le mort justifié en  accédant au statut d’ancêtre, devient dans le même temps un Osiris immortel, c’est-à-dire un être divin, un Neter, c’est-à-dire une manifestation du créateur (Amon-Ré), comme l’est la divinité Osiris et comme le sont toutes les formes de divinités.

Autrement dit le défunt, en accédant au statut d’ancêtre, devient semblable à une divinité. Au chapitre 181 du livre des Formules Efficaces pour la Fusion du défunt justifié dans la Lumière Divine appelé couramment « Livre des Morts des Anciens Egyptiens » on peut lire ces paroles adressées au défunt justifié : « tu es apparu glorieusement comme Ra ; Vois, il est venu pour te voir se réjouissant de ta beauté. Son disque solaire est ton disque solaire ; ses rayons sont tes rayons ; ses couronnes sont tes couronnes ; sa grandeur est ta grandeur ; ses apparitions sont tes apparitions ; sa beauté est ta beauté…Il ne meurt pas et tu ne meurs pas ; il n’a pas à être victorieux de ses ennemis et tu n’as pas à être victorieux de tes ennemis ; rien de mal ne peut lui arriver et rien de mal ne peut t’arriver, jamais et jamais. ».

Dans ce texte pharaonique on voit que l’esprit du défunt justifié, c’est-à-dire l’esprit de l’ancêtre ne fait qu’un avec le créateur et fusionne dans la lumière divine, totalement, et revêt tous les aspects et manifestations de la lumière divine Ra, au point qu’il est assimilé a Ra (c’est-à-dire Dieu) lui-même sous sa forme lumineuse. On comprend donc que l’ancêtre justifié devient saint et divin, pareil a l’ancêtre des ancêtres, c’est-à-dire le créateur lui-même.

soldei
La lumière solaire échantillon de la lumière divine, pure lumière recouvrant le défunt justifié, c’est a dire l’ancêtre. C’est dans cette lumière , échantillon de la lumière du créateur, que le défunt justifié fusionne d’après le texte pharaonique des Formules efficaces pour la Fusion dans la lumière divine, plus connu sous le nom de « livre des morts des anciens égyptiens »

Puisque nos ancêtres depuis longtemps rendaient culte au créateur à travers ses diverses formes manifestations saintes (manifestations et formes parmi lesquelles figurent aussi les ancêtres qui sont aussi des êtres divins), on comprend donc que les divers cultes divins au créateur observés dans la vallée du Nil depuis l’antiquité et dans  le monde noir jusqu’à aujourd’hui sont aussi des cultes des ancêtres.

Dans la pensée africaine, les divers visages et formes du créateur sont aussi vus comme des ancêtres.
Dans la pensée africaine, les divers visages et formes du créateur sont aussi vus comme des ancêtres.

Ce texte pharaonique nous éclaire aussi sur la symbolique du saint et les notions de sainteté dans les religions dites révélées. La symbolique de l’auréole que revêtent les saints dans les iconographies de la religion chrétienne transparaît nettement notamment à travers ce passage : «tu es apparu glorieusement comme Ra ; vois, il est venu pour te voir se réjouissant de ta beauté. Son disque solaire est ton disque solaire ; ses rayons sont tes rayons ;…». Le texte dit que l’ancêtre est immortel puisqu’il ne meurt pas, et devient un être de lumière au point qu’il rayonne de la lumière divine solaire Ra.

Le texte dit aussi que l’ancêtre revêt le disque de lumière (l’astre solaire) en même temps que la lumière divine qui s’y dégage. On voit bien que ces descriptions de l’ancêtre dans les textes pharaoniques (immortalité, lumière) ont inspiré les notions de sainteté et le statut du saint dans les religions dites révélées. On le voit par exemple dans ces nombreuses icônes chrétiennes ou les personnages saints sont représentés rayonnants de lumière (car fusionnant dans la lumière divine) avec un disque solaire (auréole) sur la tête.

1
Le disque solaire figurant sur la tête des divinités pharaoniques sert à montrer leur qualité de manifestations de Ra (Dieu). C’est ce même disque solaire qui a servi de modèle pour l’auréole de sainteté des saints personnages chrétiens.

Ce qu’on appelle des ancêtres dans la tradition africaine sont ce queles religions révélées appellent par exemple des saints, des bienheureux, etc…. Ainsi quand les africains invoquent les ancêtres (qui ne sont pas des morts) et leur font des rites, les chrétiens invoquent les saints, les juifs invoquent Abraham, Isaac, Jacob, etc…qui sont leurs ancêtres et leurs font des rites ou des fêtes.

Ainsi les religions révélées, ont plagié à divers égards le culte des ancêtres africains et les rites et codes associés. Dans la religion chrétienne par exemple des usages comme la conservation  des reliques (objets et ossements, etc…) des saints existe.

wenc4f
Exposition du crane d’un saint chrétien lors d’une cérémonie religieuse chrétienne en Europe

Mais lorsqu’un africain fait de tels rites, en invoquant son ancêtre (son arrière-grand-mère par exemple) en utilisant le crane (donc la relique) de cet ancêtre pour faire des cérémonies, tout le monde criera automatiquement : «diablerie!», «sorcellerie!!», «satanisme!!» etc…

craneleopard009f
Exposition du crane d’un ancêtre dans le contexte africain.

Comme on peut le voir, les religions dites révélées ont plagié la spiritualité de nos ancêtres en la diabolisant. Ainsi ces rites qui sont considérés aujourd’hui comme de la diablerie et de la sorcellerie lorsque les africains les pratiquent, deviennent des rites saints et sacrés lorsque ces même rites se retrouvent plagiés et pratiqués dans les religions dites révélées.

Puisque c’est l’ancêtre qui a inspiré le saint dans les religions dites révélées, ça signifie que quand les africains adeptes des religions dites révélées rejettent leurs ancêtres et les traitent de tous les noms pour  invoquer les saints des religions révélées, ils ne se rendent peut être pas compte qu’ils sont en train d’invoquer les ancêtres des autres peuples (sémites et européens), qui eux contrairement aux africains, ne rejettent pas leurs ancêtres mais les honorent en les appelant des saints.

Dans la pensée africaine, en vertu de la réincarnation (qui est la quatrième phase du cycle de vie), toute personne qui naît en ce monde est la réincarnation d’un ancêtre justifié dans l’au-delà. Or l’ancêtre est un personnage saint, divinisé, retourné dans le sein de l’Ancêtre des ancêtres (le créateur). Ainsi étant donné que dans la conception africaine tout être qui naît est une réincarnation d’un ancêtre, l’ancêtre est de ce point de vue le cordon qui relie une personne au monde spirituel, et à l’Ancêtre des ancêtres (le créateur).

Au centre de cette cérémonie Vodoun au Bénin, c'est un Egungun. Egungun est le messager des ancêtres. Les ancêtres prennent possession de l'Egungun et parle à travers lui, transmettant des messages aux vivants
Au centre de cette cérémonie Vodoun au Bénin, c’est un Egungun. Egungun est le messager des ancêtres. Les ancêtres prennent possession de l’Egungun et parlent à travers lui, transmettant des messages aux vivants

Si on considère que l’ancêtre est un ascendant, et qu’il nous précède, l’africain considère que les ancêtres sont alors ceux qui nous précèdent non pas seulement sur le plan biologique, mais aussi ceux qui nous précèdent là où nous sommes amenés à aller, c’est-à-dire vers la demeure du créateur. De ce point de vue, les ancêtres puisqu‘ils ont déjà parcouru les 4 phases complètes du cycle de vie, ont donc déjà vécu cette vie terrestre dans laquelle l’être humain se trouve (avec ses bons et ses mauvais côtés, ses difficultés, etc..) avant d’aller dans l’autre monde (l’au-delà).

Puisqu’ils ne sont pas des morts, mais des vivants, leur expérience de la vie fait qu’ils sont des aînés sur le chemin qui mène à la lumière divine, des guides, et des sources d’inspirations pour ceux qui sont encore dans le monde terrestre (c’est-à-dire ceux qui n’ont donc pas encore accompli complètement les phases de la vie), et qui aspirent à rejoindre la demeure du créateur. Pour l’africain alors les ancêtres ne sont pas derrière nous dans le passé, mais devant nous dans le futur qui nous attend tous puisqu’ils ont avant nous vécu tous ce que nous vivons et traversons au cours de notre vie terrestre, et nous les suivons et les rejoignons dans l’au-delà.

Lorsque l’africain parle des ancêtres, il parle donc :

  • De son lien avec le monde spirituel et l’Ancêtre des ancêtres (le Créateur)
  • De la propre source de son incarnation physique dans le plan terrestre
  • Du chemin qui mène vers la sainteté, la perfection divine et l’éternité.

Par conséquent rejeter les ancêtres pour l’africain c’est donc :

  • Rejeter son lien avec le monde spirituel et l’Ancêtre des ancêtres (le créateur)
  • Rejeter la propre source de son incarnation physique dans le plan terrestre
  • Rejeter le chemin qui mène vers la sainteté, la perfection divine et l’éternité.

Au vu de toutes ces considérations d’ordre philosophique et spirituel, on comprend pourquoi la notion d’ancêtre est une notion très importante dans la pensée africaine, puisqu’elle a toutes ces dimensions. On comprend donc que dans la pensée africaine, rejeter les ancêtres est perçu comme quelque chose de très grave. C’est tous ces aspects qui justifient la grande importance qui est accordée aux ancêtres dans le contexte africain. Tant qu’on ne comprend pas ces choses on ne peut pas comprendre l’importance accordée aux ancêtres dans le contexte africain.

Voilà pourquoi si vous pensez et voyez le monde comme un africain authentique, c’est-à-dire un africain enraciné dans sa tradition, vous comprenez que dans la tradition africaine, les ancêtres sont présents partout, surtout sur le plan le plus important pour l’africain, le plan spirituel. Si vous pensez et voyez les choses comme un Africain authentique, vous ne pourrez (en raison de toutes ces considérations), jamais, négliger, rejeter ou renier les ancêtres !!!!

Nous vous laissons avec cette vidéo, qui résume bien cet article.

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Notes :

  • Cheikh Anta Diop, Civilisation ou Barbarie
  • Formules efficaces pour la Fusion dans la lumière divine (appelé communément « Livre des Morts des anciens égyptiens »
  • Théophile Obenga, La philosophie africaine de la période pharaonique, 2780-330 avant notre ère
Please follow and like us:
0