Pourquoi les Africains représentaient-ils Dieu en noir charbon?

Imana-Râ/Amen-Râ, Dieu unique de l’Afrique
Il est représenté ici sous sa forme masculine, dans le temple de la pharaon Hatchepsout.

Dans l’antiquité pharaonique, la couleur noire charbon était la couleur par excellence de Dieu et des divinités. Pourquoi nos ancêtres ont-ils pensé ainsi? A cette question, beaucoup répondront que les anciens Egyptiens étant noirs, ils ont donc normalement imaginé le Créateur-la Créatrice comme eux. Pourtant tous les Egyptiens n’avaient pas la peau aussi foncée.

Il y avait les 4 grandes teintes de Noir en Egypte : en grande majorité des charbonnés et des peaux marron foncées, mais aussi une minorité de Noirs à peau claire et d’Albinos. C’est la même chose qu’on voit dans tous les pays africains, excepté peut-être chez les Soudanais qui – hors métissage avec les Arabes – sont depuis toujours, les personnes les plus noires de la Terre. Pourquoi donc cette teinte charbon attribuée à Dieu? En réalité, c’est en rapport avec le Soleil.

Le Soleil, messager de Dieu

Comme nous l’avons expliqué dans notre article sur la Religion Africaine, Dieu est la conscience cachée, qui par son Energie initiale créa le monde. Cette Energie est répartie dans chaque élément de la Création. Dieu est donc partout à travers son Energie présente en toute chose. Or, la plus forte énergie perçue par l’humanité est celle des rayons du Soleil.

Qui plus est, le Soleil est bienfaiteur en apportant la lumière sur la Terre. Il donne également la vie en faisant pousser les plantes (photosynthèse), et en permettant d’avoir une eau liquide. Le Soleil est indispensable à la vie. Le Soleil en tant qu’Energie principale, astre bienfaiteur et pourvoyeur de vie, est donc Dieu en miniature, le principal messager de Dieu sur Terre. Ceci explique pourquoi les Africains ont été les premiers à dire que Dieu est lumière.

Le pharaon Akhenaton, faisant des offrandes au Soleil messager de Dieu, qui apporte la vie par ses rayons. Cet apport est représenté à l’image par des mains aux bouts des rayons, qui tiennent des croix d’Ankh, symboles de la vie.    

C’est pourquoi les rayons du Soleil (Râ) étaient autant vénérés en Egypte. Ce même Râ/Rana est le nom de Dieu chez les Haoussa. Le culte du Soleil messager de Dieu était fait par les Peuls sous le nom de Buudal Yurmende (Grand Disque Solaire de la miséricorde). Chez les Bassa du Cameroun, c’est par le Soleil (Djob) que ce peuple appelle Dieu. Les baKongo disent que Dieu est aussi Ne Mbumba Lowa (Le Grand Créateur solaire). Le même Soleil a été central dans les rites lors de la mort de Nelson Mandela en Afrique du Sud etc…

Et c’est le Soleil justement qui donne aux Africains leur peau noire.

La science a suffisamment prouvé que si les Noirs sont noirs, c’est parce que leurs corps produisent un pigment, la mélanine, qui permet de s’adapter au Soleil africain. La peau noire est donc la marque du Soleil sur l’humanité. Cette notion était connue depuis l’antiquité. Ainsi en Egyptien ancien, d’après les égyptologues Cheikh Anta Diop, Wonkiamma Pissama et René Louis Parfait Etilé, on avait les mots :

Kam/Kem : charbonné/noir

Kemet/Kamit/Kama : le pays noir (L’Egypte/L’Afrique)

Kemmiou/Kammiou : le pays des Noirs (l’Egypte)

Khemou : (très) cuit/brûlé/noirci/chaleur

Kam/Kem : parfait, complet, accompli

Dans les langues africaines actuelles, nous avons les mots Khem /Kembu/ Kheum/ Khemit/ Kama/ Kala qui signifient Charbon/Brûlé/Noir. Et c’est ce Kam/Kham africain qui est à l’origine de Cham/Ham qui désigne les Noirs en hébreux et dans la Bible. C’est ce même mot qui est à l’origine de Chimie, vu que la cuisson est une réaction scientifique. Les Noirs dans le langage africain sont donc cuits. Cuits par quoi ? Par le Soleil messager de Dieu évidemment.

Le pharaon Akhenaton dans son hymne à Dieu à travers Aton (autre nom du Soleil), dit :

« Tu es majestueux, tu es beau, et tu rayonnes au firmament, planant sur tout ce qui est dans l’univers,

Tes rayons irradient jusqu’aux confins de toutes choses que tu as faites,

Etant le Soleil, tu as atteint jusqu’à leurs extrémités,  

Et tu les lies au vu de ton fils (Akhenaton) que tu aimes.

Tu (le Soleil) es si éloigné, cependant tes rayons atteignent quand même la terre,

Tu es comme la marque divine sur leurs visages (des hommes), mais ta marche n’est cependant pas visible pour eux.»

On voit donc que pour Akhenaton, le Soleil laisse sa marque sur les hommes. Cette marque est la peau noire. Qui plus est, le savant grec Hérodote qui a visité l’Egypte au temps des pharaons, dit, pour expliquer la couleur noire des Egyptiens et des autres Africains, « la chaleur y rend les hommes noirs » (II. 2.). La notion de la peau noire due au Soleil était donc connue depuis. Les Noirs sont par conséquent les enfants du Soleil, et les Blancs, qui doivent leur couleur à la quasi-absence de la lumière solaire en Eurasie ancienne, sont le résultat du froid.  

Ainsi dans la pensée vitaliste (animiste) antique, plus on était noir, plus on était vu comme le produit du Soleil messager de Dieu. Plus on était noir, plus on était donc perçu comme divin et béni. Plus on était noir, d’après la traduction donnée plus haut, plus on était vu comme parfait et accompli. Voilà pourquoi Dieu et les divinités étaient représentés avec la plus forte couleur noire possible, le noir charbon.  

Ousiré (Osiris), fils de Dieu, il symbolise le bien. Il était aussi appelé Kem Our, c’est à dire le Grand Noir. 
Maât, fille de Dieu, elle symbolise l’ordre, la morale, la vertu, l’harmonie, la justice.
A gauche la reine Yahmessou Nafooret-Iry (Ahmes Nefertari). Elle est née avec cette couleur noire charbon et a été donc vue dès sa naissance, comme divine. Elle est la matriarche et cofondatrice de la plus prestigieuse des dynasties, la 18e. Elle fut la reine la plus vénérée de l’antiquité.
A droite son arrière-arrière petit-fils, le pharaon Toutankhamon, qui est ici représenté en noir après sa mort, en tant qu’ancêtre divin, intermédiaire entre Dieu et les Humains.
La Kaaba, la pierre noire, pierre sacrée de l’Islam. Elle est vénérée d’après ces mêmes principes. On rappelle que les premiers habitants noirs de l’Arabie, dits Sabéens, pratiquaient le Vitalisme (animisme). C’est sur les bases de cette Religion Africaine profondément transformée, que les Blancs sémites venus plus tard, ont fondé l’Islam. La Kaaba même était vénérée déjà à l’époque des Sabéens. En bons Africains, ils allaient au pèlerinage en chantant et en dansant. Ils pratiquaient aussi le culte du Soleil messager de leur Dieu masculin-féminin, culte diabolisé plus tard dans le Coran (Sourate 27). On retrouve pourtant encore ses vestiges aujourd’hui dans l’Islam. Les 5 prières par jour sont une simplification des 7 prières par jour des Sabéens, prières faites en rapport avec les différentes phases du Soleil dans la journée.
Cette notion est arrivée jusqu’en Inde, qui on le rappelle a été d’abord peuplée et civilisée par les Africains. C’est pourquoi dans l’Hindouisme, religion inspirée de la Religion Africaine des premiers habitants du pays, on a encore des divinités noires charbon. A l’image les divinités hindoues Mariamman et Krishna. 

Il y a 2600 ans, les Egyptiens sont allés rependre le culte de la vierge mère Aïssata Mari-Amen en Orient et en Europe. Le culte de la vierge noire charbon et de son fils fut la principale religion en Europe pendant des siècles, jusqu’à ce que les Romains la récupèrent et la transforment au 4e siècle, pour créer officiellement le Christianisme.

Aïssata Mari-Amen (Isis aimée d’Amen (Dieu)). Elle était aussi appelée Setkem (la femme noire). Elle tient son fils Horo (Horus), né d’Ousiré par immaculée conception, et enfant divin venu pour sauver la création. Mari est donc devenue Marie par récupération du culte égyptien par les Romains. Dans le Christianisme, Cham (le Noir) est maudit (Genèse 9, 18-19). C’est donc avec le Christianisme principalement que les Africains ont commencé à voir leur couleur comme maudite et maléfique, alors qu’ils se pensaient bénis dans le Vitalisme.   
Statues d’Isis, avec sa couleur noire charbon en Europe, vestiges de son culte dominant avant l’avènement du Christianisme.
Les 3 derniers papes (Jean Paul II, Benoit XVI et François) se prosternant devant Aïssata (Isis) Mari.
Voilà les Chrétiens quelquefois, qui retournent à la doctrine africaine originelle.

La couleur noire est donc la couleur bénie pour nos ancêtres et non la couleur maudite. Africains, soyez infiniment fiers de votre couleur de peau et de votre apparence physique, plutôt que de chercher parfois à vous blanchir ou à vous éclaircir le teint, pour ressembler à on ne sait quoi ou on ne sait qui.

Femmes sud-soudanaises.

Pour en savoir plus sur la Religion Africaine, cliquez ici

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Please follow and like us:
0