Nanny, la résistance Ashanti de la Jamaïque

Déportée du pays Ashanti (Ghana actuel), Nanny a brillé par sa résistance contre l’esclavage au 18e siècle, appuyée sur les valeurs traditionnelles africaines.

Mise au travail forcé à la Jamaïque avec ses 4 frères, elle s’échappe avec eux des plantations pour gagner les montagnes, emmenant avec elle d’autres hommes, femmes et enfants. Elle y fonde une communauté autonome et libre et bâti une localité, Nanny Town, dont elle devient le chef.

Nanny
Nanny

Comme au Brésil avec Zumbi et comme en Haïti avec Bookman Duty, le mouvement de résistance de Nanny repose sur la Spiritualité Africaine. En vertu du système matriarcal du continent, elle est leader de sa communauté et pratiquante en chef de l’Obéah, la forme spirituelle locale.

Ayant prêté serment à Nanny, harangués par la force vitale d’Onyankopong (Créateur en langue ashanti) et protégés par le relief montagneux, les Marrons (esclaves évadés) constituent une armée efficace qui mène des raids dans les plantations pour libérer les esclaves. Ils se camouflent avec des branches et des feuilles pour se fondre dans la nature, communiquent à l’aide d’abengs (des cornes) pour ne pas se faire comprendre de l’ennemi, brûlent des plantations. Menés par Nanny de localité en localité, ils parviennent à libérer près de 1000 esclaves et sèment la terreur chez les esclavagistes. 

nanny 3Alors que Nanny et ses soldats en pleine mission sont privés de ravitaillement et font face à la faim, elle invoque Dieu pour qu’Il-Elle lui vienne en aide. D’après la légende, l’Ancêtre primordial lui apparaît et lui demande de planter les graines de citrouille qu’elle a dans ses poches. Au matin, la nourriture est là et Nanny peut nourrir ses troupes.

Les esclavagistes demandent à l’administration coloniale anglaise de réagir. Celle-ci engage ses soldats dans les jungles jamaïcaines pour en finir avec les Marrons et leur leader. La suite des événements est controversée, car le meurtre de Nanny est annoncé et accueillie avec joie en 1733, Nanny Town est détruite. Mais elle aurait survécu car il a été accordé après la guerre 500 acres de terres aux Marrons.

Par sa résistance et sa grandeur, Nanny fut reconnue en 1976 comme héroïne nationale de la Jamaïque. Le billet de 500 dollars jamaïcains, billet le plus en circulation, porte son image. Les Marrons ont perpétué les traditions Akan (dont font partie les Ashanti), avec une communauté matrilinéaire. Ils regardent Nanny comme leur grand ancêtre. 

nanny

Hotep ! 

Par : Lisapo ya Kama © 

Notes :   

Please follow and like us:
0