Les Royaumes des grands Lacs

A la basse époque impériale, la région des grands Lacs a été le lieu de royaumes admirables dans leur structure et dont nous allons vous parler. Cet article se concentrera essentiellement sur les royaumes de Buganda et du Rwanda, alors les plus importants de l’époque.

Le royaume du Buganda

Guerriers du Buganda
Source : Wikipedia

Aux origines

L’origine de cet Etat est attribuée à un homme semi-mythologique du nom de Kinta. Certains disent qu’il aurait été le premier des humains, ce qui serait conforme à la naissance de l’homme moderne dans la région des grands Lacs. D’autres récits le dépeignent comme un guerrier, venu des environs conquérir des territoires au nord du grand Lac Nyanza (aujourd’hui Victoria). Kinta aurait été le premier Kabaka (c’est-à-dire roi du Buganda). Enfin une autre version dit que c’est Kimera, prince du royaume voisin de Bunyoro, qui serait à l’origine du Buganda.

Tous ces récits tendent à dire que le peuple Ganda a toujours été dans les grands Lacs et aux sources du Nil, et descend directement des premiers humains. C’est au 13e siècle que le Buganda va réellement prendre de l’ampleur et devenir le maître des grands Lacs, en écrasant le Bunyoro. Il s’étendra dès lors pour finir par couvrir une superficie grande comme deux fois la Belgique.

Roubaga, Capitale du Bouganda Tout en haut de la colline se trouve la concession royale Tournant du 20e siècle
Roubaga, Capitale du Bouganda

Tout en haut de la colline se trouve la concession royale

Tournant du 20e siècle

L’organisation du Buganda

Conformément à la tradition matriarcale africaine, le règne du Kabaka était mis sous la protection de sa mère, à travers les frères et sœurs de celle-ci. Portant le titre de Namasole, la reine-mère jouissait d’un très grand prestige. Elle avait son propre palais. La sœur du Kabaka semble avoir eu de l’importance également.

Mais alors que de manière générale en Afrique le roi était succédé par le fils de sa sœur, le Kabaka était lui succédé par son frère. Le monarque était appuyé par son premier ministre (Katikoro) et par un conseil royal (Loukiko), formé de 10 chefs de provinces et de dignitaires de la cour. A sa mort, le nouveau roi était choisi par le Katikoro et le Mougenia (chef du plus grand clan).

L’économie du royaume reposait sur l’agriculture, très fructueuse grâce à l’exceptionnelle fertilité des terres des grands Lacs. La famine y était semble-t-il inconnue pour les 2 millions d’habitants. Les chefs de province prélevaient les impôts et des fonctionnaires étaient chargés d’entretenir les routes menant à la capitale. Au 17e siècle, le Kabaka Kyabazou avait de la vaisselle en porcelaine et des verres.

Harpiste du Buganda Il joue la harpe qu'on retrouve partout en Afrique, y compris en Egypte ancienne
Harpiste aveugle muGanda
Il joue la harpe qu’on retrouvait partout en Afrique, y compris en Egypte ancienne

L’explorateur britannique Speke, est connu pour avoir semé la division au Buganda. Il disait au roi que celui-ci venait d’un peuple d’Ethiopie issu de la descendance du roi David d’Israël. Speke a intrigué entre le Kabaka et sa mère, poussant le roi à vouloir se convertir au christianisme. La même tactique sera employée au Rwanda, et aboutira au génocide de 1994.

Speke nous a laissés une description du Kabaka Mutesa à la fin du 19e siècle. Il disait « Il (Mutesa) siégeait sur un tapis rouge étendu sur une estrade, scrupuleusement bien vêtu d’un habit tiré des écorces d’arbre. Au cou, un grand anneau de perles minutieusement agencées. A chaque doit des mains et des pieds, il portait des anneaux alternativement de laiton et de cuivre. Tout était léger, net et élégant. A ses pieds les insignes de la royauté : une lance, un bouclier et un chien blanc » [1]. Ce passage nous apprend aussi que les baGanda étaient d’habiles métallurgistes.     

L’armée

Canöe du Buganda Source : Wikipedia
Canöe du Buganda

Source : Wikipedia

La défense du pays était particulièrement sophistiquée. Le roi avait réussi lors de la visite de l’explorateur Stanley, a levé 125 000 hommes et 230 bateaux pour une bataille. Les baGanda fabriquaient des canoës longs de 25 mètres.

L’armée sera défaite par les colons anglais en 1894. Le Kabaka Mwanga déposé, fut le dernier roi du Buganda indépendant. Le terme swahili Ouganda désignant le royaume, sera adopté par les Anglais pour nommer leur colonie au nord du lac Nyanza. Même occupé le royaume resta fort et considéré. Mutesa II fut ainsi le 1er président (rôle honorifique) de l’Ouganda indépendant.

Architecture royale du Buganda
Architecture royale du Buganda

Le royaume du Rwanda

Le peuple baNyarwanda traçait ses origines – à travers les récits de sa classe dirigeante Tutsi – au nord de l’Afrique [2]. Sachant que Dieu en kiNyarwanda se dit Imana comme en Egypte ancienne, et vu certaines rares similitudes avec l’Egypte – notamment la coiffure des élites imitant le casque militaire du pharaon – tout laisse à croire que les rwandais sont d’origine égyptienne. C’est donc un peuple venu du nord qui va se rendre maître des terres au sud du lac Nyanza.

La division en caste au sein du peuple baNyarwanda était particulièrement nette. La noblesse portait le titre de Tutsi, et liait ce statut à son nombre de vaches qui était d’au moins 10 et à son rôle dans la défense du pays. Le peuple agriculteur était Hutu, et avait moins de 10 vaches. D’une année à l’autre, on pouvait changer de statut selon le nombre de vaches mais les dirigeants restaient bien entendu des Tutsi. Ces deux castes avaient la même langue, la même culture, le même Dieu, et était sous l’autorité du même roi. L’aristocratie s’adonnait à la poésie et à la réflexion. C’est une reine-mère du nom de Nyirarumaga, qui fonda le style poétique des dynasties rwandaises.

Ce sont les baNyarwanda qui ont permis de comprendre la forme bizarre du casque militaire du pharaon. Il s'agit en fait d'une coiffure africaine. Les petits ronds sur le casque de Ramessou Maryimana (Ramsès II) représente le cheveu crépu qui se boucle au bout
Ce sont les baNyarwanda qui ont permis de comprendre la forme bizarre du casque militaire du pharaon. Il s’agit en fait d’une coiffure africaine. Les petits ronds sur le casque de Ramessou Maryimana (Ramsès II) représentent le cheveu crépu qui se boucle au bout

Le Rwanda finira par nouer une alliance avec le Burundi, rendant particulièrement forte les relations entre ces deux entités. Les baNyarwanda étaient connus pour leur propension à la guerre – aidés par leurs redoutés lutteurs – et pour leur respect pour la femme. On déconseillait fortement à celles-ci de participer à ces aventures violentes. D’après Yolande Mukagasana, une guerre avait carrément été suspendue parce qu’une femme avait été démasquée parmi les soldats sur le champ de bataille.

muNyarwanda (Hommes rwandais)
muNyarwanda (Hommes rwandais)
Noblesse du Rwanda
Noblesse du Rwanda
le Mwami (roi) Yuhi Musinga et la famille royale 1910
le Mwami (roi) Yuhi Musinga et la famille royale
1910
Princesses burundaises Admirez la grâce infinie
Princesses burundaises

Admirez la grâce infinie

Ce sont les colons allemands et belges qui transformèrent les concepts Hutu et Tutsi en ethnies, inculquant aux Tutsi une supériorité comme Speke avait tenté de faire avec Mutesa. C’est là la profonde origine du génocide rwandais.

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Notes :

  • Histoire de l’Afrique noire, Joseph Ki-Zerbo, pages 307 à 312
  • Buganda.com
  • University of North Carolina at Chapel Hill
  • Shaping the society christianity and culture, Pastor Stephen Kyeyune, page 87
  • [1] Histoire de l’Afrique noire, Joseph Ki-Zerbo, page 312
  • [2] Nations Nègres et Culture, Cheikh Anta Diop, page 362
Spread the love