Les origines africaines de la fête de Noël

Les thèmes de la Naissance du Fils de Dieu (que nos ancêtres de la vallée du Nil appelaient fils de Ra) qu’on retrouve dans le Christianisme, sont des  thèmes  dont l’origine se situe en Afrique, dans la vallée du Nil.

En Egypte ancienne, le fils de Dieu, le divin enfant (c’est-à-dire Horus) par excellence était roi, c’est-à-dire le pharaon. Et pour nos ancêtres tout pouvoir vient de Dieu. Ainsi exercer le pouvoir royal et être roi, est une fonction sacrée.

Le pharaon était donc l’enfant divin, le fils de Dieu, l’enfant choisi et envoyé par Dieu pour guider le peuple en tant que roi.

Aïssata (Isis) et Horo (Horus) ou la reine mère et l’enfant divin (c'est à dire l'enfant roi ou encore le pharaon), par excellence.
Aïssata (Isis) et Horo (Horus) ou la reine mère et l’enfant divin (c’est à dire l’enfant roi ou encore le pharaon), par excellence.

Ainsi la filiation spirituelle et divine du roi était relatée sur les murs et les fresques de l’époque pharaonique. Et les étapes de la naissance divine les voici dans ces dessins qui sont ici par exemple, des reproductions des scènes de la naissance divine de la femme pharaon Hatchepsout, la femme la plus influente de l’antiquité, la femme noire qui a eu le plus de pouvoir dans l’histoire humaine  :

theoga5
Le Créateur (Imana/Amon/Amen) prend conscience et connaissance de la  future femme qu’il a choisi pour enfanter l’enfant divin, le futur roi. Il prend connaissance de la future reine mère, la reine mère étant l’incarnation d’Aïssata (Isis). Dans la tradition Aïssata est la vierge mère qui a enfanté Horo (Horus), l’enfant divin qui doit prendre le pouvoir. Cela est figuré ici par cette scène où on voit Imana (Dieu) avec la double-plume tenant la main de Djehouty (Thot), qui est une de ses formes, et qui incarne la science et la connaissance divine.
theoga6
Imana assis en face de celle qui doit tomber enceinte (ici la reine Yahmessou, mère d’Hatchepsout), s’unit spirituellement à elle et insuffle la vie du nouvel enfant divin dans son sein, pour que naisse le nouveau roi. La femme est donc fécondée par l’intervention divine.
theoga7
Imana va mobiliser ses énergies créatrices pour façonner l’enfant dans le sein de sa mère.
theoga8
Le créateur – ici sous sa forme totémique du bélier et à travers ses principes masculin et féminin – modèle l’enfant physiquement et spirituellement  dans le sein de sa mère. Les entités physiques et spirituelles de l’enfant  sont symbolisées par cette forme humaine double et identique sur laquelle le créateur agit. Le bélier modèle donc son fils l’agneau. Voilà pourquoi le pharaon est l’agneau de Dieu. 
theoga9
Le créateur, envoie une de ses manifestations (ici Djehouty), pour annoncer à la femme en question qu’elle a été choisie par le créateur pour enfanter le fils de Dieu, l’enfant divin (c’est à dire le pharaon).
theoga10
La future mère du futur roi est visitée et conduite sur le lieu de l’accouchement.
theoga11
La reine mère au centre ici de l’image donne naissance à l’enfant divin, l’enfant roi.
theoga12
L’enfant est présenté spirituellement au Créateur, qui le bénit.
theoga13
L’enfant roi est aussi présenté physiquement et spirituellement aux ancêtres, il subit des cérémonies, etc… 

Voilà la trame complète de la naissance divine du fils de Dieu, du pharaon, dans la civilisation pharaonique. 

Buste d'Hatchepsout
Buste d’Hatchepsout 

Certaines de ces scènes se retrouvent dans les étapes de la naissance de l’enfant divin du christianisme. Voici ces scènes:

sans-nom-1-4
Scène 1: comme Djehouty (Thot) qui annonce à la future reine mère qu’elle a été choisie par Dieu (Amon) pour enfanter le divin enfant (le pharaon), ainsi l’ange Gabriel (sur l’image en couleurs) annonce aussi à Marie qu’elle a été choisie par Dieu pour enfanter le futur enfant divin du christianisme . Le Christianisme appelle cela l’annonciation.
sans-nom-2
Scène 2: la reine mère est visitée et conduite sur le lieu de l’accouchement. Marie et Élisabeth se rencontrent lors d’une visite (image en couleur). Ceci est appelée la visitation dans le Christianisme.
sans-nom-3
Scène 3: la reine mère donne naissance à l’enfant royal, l’enfant divin, le fils de Dieu (le pharaon). Marie dans le christianisme  aussi fait la même chose puisqu’elle donne naissance à  l’enfant divin , le fils de Dieu du christianisme. Ceci est appelé la nativité dans le Christianisme.
sans-nom4
Scène 4: l’enfant roi (le futur pharaon) est présenté aux ancêtres, etc et subit des cérémonies. De la même manière l’enfant divin dans le christianisme est présenté par ses parents à  des anciens du temple et subit des cérémonies. Ceci s’appelle la présentation au temple dans le Christianisme.

Comme on peut le voir, le Christianisme s’est inspiré de ces scènes de l’époque pharaonique pour tracer l’histoire de la naissance de son fils de Dieu. Un autre complément d’information sur la source originelle  de cette naissance divine vient du livre Nations Nègres et Culture de Cheikh Anta Diop, ou il nous dit à la page 145 que:

«Plutarque dans Isis et Osiris relate que ce dernier dieu est né le premier des cinq jours épagomènes, comme l’écrit Moret, c’est-à-dire le 361eme jour de l’année ce qui correspond compte tenu de la réforme du calendrier au 26 décembre. Le pape Jules Ier (4ème Siècle) a fixé la naissance du Christ au 25 décembre ; mais nous savons que le Christ n’a pas eu d’Etat-Civil et que personne ne connait sa date de naissance. Qu’est ce qui a pu inspirer le pape Jules Ier pour le choix de cette date qui est à un jour près de celle de la naissance d’Osiris si ce n’est la tradition égyptienne perpétuée par le calendrier romain ? Cela devient manifeste lorsqu’on associe à la naissance du Christ l’idée d’un arbre : tout ceci serait éminemment arbitraire si l’on ne savait pas qu’Osiris était aussi le dieu de la végétation : on le peignait même quelque fois en vert à l’image de cette végétation dont il symbolisait la renaissance. Son symbole est un arbre aux branches coupées, qu’on dressait pour annoncer la résurrection de la vie végétale. Il y avait donc là un rite agraire très marqué caractérisant une société sédentaire.

Ce symbole végétal d’Osiris s’appelait Djed en égyptien ; en wolof on a

 Djed : debout, dressé, planté droit…

 Djed-Djed-aral : Bien debout (intensification de Djed)

Djan : vertical

Djen : un pieu

Telle serait donc l’origine lointaine de l’arbre de noël et l’on voit une fois de plus, en remontant le cours du temps, que plus d’un trait de la civilisation occidentale dont on a oublié l’origine, ne perd son caractère injustifiable que si on le rattache à sa souche négro-égyptienne.»

Osiris, fils de Dieu, gardien de la végétation. Il est ici donc représenté en vert.
Ousiré (Osiris), fils de Dieu, gardien de la végétation. Il est ici donc représenté en vert. Osiris ici symbolise la renaissance de la vie végétale. Lorsqu’Osiris est en vert il est appelé encore Osiris Végétant. c’est ce lien  d’Osiris végétant (en Vert a cause de la nature et de la végétation) qui est à l’origine de l’arbre de Noel.

La fête de Noël et la plupart des thèmes qui sont associés (fils de Dieu, arbre, de Noël, etc), sont des éléments que le christianisme à plagié  et déformé à  partir des traditions osiriennes des Africains de la vallée du Nil.

Aïssata Mari-Amen (Isis aimée de Dieu), devenue Marie par récupération du culte égyptien par les Romains.  Nous avons expliqué ces faits historiques ici.
Aïssata Mari-Amen (Isis aimée de Dieu), devenue Marie par récupération du culte égyptien par les Romains.
Nous avons expliqué ces faits historiques ici.

Hotep ! 

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Please follow and like us:
0