Les Malgaches : leurs origines et leur place en Afrique

Africains ou Asiatiques ? C’est ce que certains appellent la question éternelle. Cette question qui depuis des décennies fait couler beaucoup d’encre, qui frustre tant de scientifiques, tellement la population Malagasy apparaît simple et à la fois complexe. Celle sur l’origine des Malagasy et par conséquent la façon dont les habitants de la Grande île africaine devraient se situer dans le monde. La réponse à cette question détermine leurs relations vis-à-vis des Africains du continent.

A gauche cérémonie Merina. Les Merina sont le peuple physiquement le plus asiatique de l'île A droite de jeunes hommes Betsileo
A gauche cérémonie Merina. Les Merina sont le peuple physiquement le plus asiatique de l’île
A droite de jeunes hommes Betsileo. Il y a en tout 18 ethnies à Madagascar. 

Pour le monde africain, l’enjeu est géopolitique. Après avoir perdu toute l’Afrique du nord au profit des Arabes et leurs alliés, et alors que la Mauritanie, le Soudan, voir le Mali sont dans la balance, est-ce que ce grand territoire doit lui aussi être perdu au profit d’une ère culturelle étrangère ou bien faut-il tout faire pour l’encrer définitivement au sein de l’Afrique ? Il convient de dire que Madagascar représente un enjeu vital pour l’Afrique. C’est à cette question centrale sur les origines que nous allons essayer de répondre. 

L’approche des Malagasy par rapport à l’Afrique

Madagascar est peuplé par des Noirs et des Asiatiques. On peut encore appelés physiquement ces derniers – et avec respect – Mongols. L’Afrique est bien souvent rejetée à Madagascar, notamment par les Mongols. Il faut le savoir. Tous n’ont pas cette attitude bien entendu, mais il y a beaucoup de mépris, de préjugés voir de racisme envers les Noirs et l’Afrique. C’est la simple réalité.

Il est conçu comme plus valorisant de se rattacher à l’Asie. On peut citer comme cause de ces sentiments la vision générale qu’a l’Afrique sous le prisme de son histoire falsifiée et de la manipulation médiatique : guerres, pauvreté, esclavage, malédiction chrétienne depuis la nuit des temps etc… Il y a aussi le caractère insulaire du pays qui est une explication.

Malgré la courte largeur du canal du Mozambique, on se sent isolé sur son île un peu comme le sont les Britanniques qui ont un attachement limité à l’Europe. Mais le facteur principal probablement est que beaucoup de Malgaches ne se sentent simplement pas africains. La chose qui unit peut-être le mieux Madagascar au reste de l’Afrique aujourd’hui est la pauvreté et l’exploitation néocoloniale. Si Madagascar devient riche avec la mentalité actuelle, le pays rejoindra peut-être les institutions asiatiques et l’île sera perdue pour l’Afrique.  

Les origines des Malgaches

Le rites aux morts à Madagascar On balance la dépouille dans tous les sens. Ce rite est documenté en Côte d'Ivoire et chez les Boni de Guyane, qui sont d'origines ivoiriennes.  On le retrouvait aussi en Egypte antique et au Sénégal
Le rites aux morts à Madagascar.
On balance la dépouille dans tous les sens. Ce rite est documenté chez les Baoulé de Côte d’Ivoire et chez les Boni de Guyane, qui sont d’origine Baoulé. On le retrouvait aussi un peu différemment en Egypte ancienne et au Sénégal. D’autres pratiques encore comme le fait de se couper les cheveux lors du deuil se faisait en Egypte ancienne et se fait encore chez les Bamilékés du Cameroun. 

Les origines des Malgaches paraissent simples au premier abord. On a des Noirs, des Mongols et beaucoup de métis des deux. Les Noirs viendraient d’Afrique et les Mongols d’Asie. Quand on entre dans les détails ceci dit on se rend compte que toutes la culture et la spiritualité fondamentales malgaches sont africaines. Elles le sont aussi bien pour les Noirs que les Mongols. Le matriarcat, la division de la société en caste, les méthodes de servage, le totémisme, le Dieu unique mâle-femelle qui vit en toute chose, le culte du soleil messager de Dieu, le culte des ancêtres etc… Tout cela est commun au reste de l’Afrique. Tous ces traits ont pris naissance en Afrique. Nous avons en particulier examiné la religion malagasy ici. 

La langue de toute l’île quant à elle est une langue originaire d’Asie, précisément de l’île de Bornéo en Indonésie-Malaise. Cette langue comporte ceci dit un nombre considérable de mots d’origine africaine, notamment liés au domaine de l’élevage et même à celui des noms de clans. Beaucoup ont été dégagés par le travail de l’anthropologue français Gabriel Ferrand au début du 20e siècle. Ces mots ont été retrouvés y compris chez les peuples de la côte Est malgache, côte qui ne regarde pas l’Afrique.

On peut ainsi citer comme exemple notable Kazi-Mambu qui fut le nom des filles de chef dans certaines tribus malgaches, fille qui devait jouer le rôle de matriarche. Sur le continent on trouve Mwana-Mambo chez les hommes fils de chefs et doivent assumer la régence. Or chez les Rwandais Kazi désigne la femme. Ainsi une femme Hutu se dit Hutu-kazi.

On conclurait donc que les Noirs et les Mongols se sont rencontrés sur l’île africaine. Les premiers ont donné aux seconds leurs culture et spiritualité, les seconds ont donné aux premiers leur langue.

L’objection à cette hypothèse est que beaucoup de mots liés à la religion sont d’origine asiatique et que les pratiques tels que le culte des morts et le matriarcat sont documentés aussi en Asie ancienne. Il en existe encore des vestiges aujourd’hui en Asie du Sud-Est.

Madagascar et les Noirs en Asie

On ne comprend pas Madagascar si on ne comprend pas l’histoire des Noirs en Asie. Il y a 100 000 ans les Africains sont sortis du continent et ont peuplé initialement toute l’Asie. Nous en avons parlé en détail ici. Ces Africains ont peuplé l’Asie avec leur culture et spiritualité originaires d’Afrique.

Ces traits culturels ont été passés aux Mongols apparus bien plus tard et qui descendent de ces Noirs d’Asie. Les Asiatiques qui sont arrivés à Madagascar avaient vraisemblablement déjà une culture africaine. Partout sur Terre où on retrouve ces traits culturels, même en Océanie et en Amérique, on se rend compte que les Noirs ont peuplé ces endroits les premiers. Les Africains, par leur histoire primordiale dans le peuplement de la Terre, sont donc la source de l’uniformité culturelle et spirituelle de Madagascar. 

De jeunes femmes sur l'île de Java en Indonésie il y a un siècle Elles sont métissés de Noirs et de Mongols
De jeunes femmes sur l’île de Java en Indonésie il y a un siècle
Elles sont métissées de Noirs et de Mongols (Image du domaine publique, Wikipedia)
Les Noirs indigènes de Malaisie il y a 1 siècle
Les Noirs indigènes de Malaisie il y a 1 siècle (Image du domaine publique, Wikipedia)

Par ailleurs, vu que la quasi-totalité des peuples noirs de Madagascar parlent cette langue d’origine asiatique, certains ont avancé l’hypothèse selon laquelle ils seraient en réalité des Noirs d’Asie.

Les analyses ADN qui ont été faites (National Geographic, Regueiro Ramonde, 23andme) disent que les Malgaches sont majoritairement liés aux Noirs d’Afrique de l’Est, d’Afrique australe et d’Afrique centrale, à hauteur respectivement de 61%, 66% et 50% selon les études. La parenté génétique restante est d’origine sud-est asiatique. 

Tout ceci tend à dire que la population noire de Madagascar est directement venue d’Afrique et que les peuples d’Afrique de l’Est ont probablement habité Madagascar les premiers. L’Africain ayant peuplé l’Amérique il y a 13 à 65 000 ans, l’Australie il y a 50 000 ans, il serait pratiquement absurde d’imaginer qu’il n’a pas pu très tôt traverser les 419 Km du canal du Mozambique. 

Sur ce sujet complexe et dans l’état actuel de nos connaissances donc, nous pouvons avancer que le peuplement de Madagascar s’est fait dans les grandes lignes comme suit :

  • D’abord les Africains bantou venus de l’autre côté du canal de Mozambique et qui constitueraient jusqu’à nos jours le fond de la population de l’île.
  • Les Mongols d’Indonésie-Malaisie culturellement africains et linguistiquement asiatiques, qui auraient assimilé linguistiquement les Noirs bien que des mots bantous aient survécu dans toute l’île. 
  • Et enfin la venue encore d’Autres Noirs d’Afrique et des Arabes à partir du 8e siècle avec le commerce de l’époque impériale africaine. Ceci explique la présence de mots swahili et arabes dans le Malagasy.

Les implications

Sur cette grande île africaine, ce sont donc tous les Malgaches quelque soit l’apparence physique, qui sont culturellement et religieusement – dans ce qu’ils sont de fondamental – liés à l’Afrique. Les Malgaches ne sont pas simplement africains par la géographie, ils le sont tous aussi dans leur identité. S’il y a une double origine ici qui se partage avec l’Asie et qui doit être respectée, les Malgaches et les autres Africains sont les enfants culturels de mêmes parents.

Cette unité culturelle doit servir d’abord de cohésion nationale à Madagascar même où le racisme latent se mélange à des relents tribalistes. Il faut que l’île travaille à bâtir une véritable unité.

En ce qui concerne l’Afrique, ce qui éloigne beaucoup de Malgaches du continent est l’image fausse qu’ils en ont aujourd’hui et l’ignorance des liens identitaires qui les rattachent au continent. Les solutions passent donc par l’éducation.

Dans les grandes lignes, nous pensons qu’il faut :

  • Valoriser l’image de l’Afrique en faisant connaître son rôle de civilisatrice de l’humanité et tout ce qu’elle présente de dynamique aujourd’hui.
  • Nous pensons qu’il faut y faire connaître la communauté de culture qui nous lie tous et faire ainsi naître un véritable sentiment d’appartenance africaine.
  • Les chercheurs doivent continuer à travailler afin de faire ressortir les liens qui rattachent Madagascar à l’Afrique. 
  • Il faut soutenir tous les courants à Madagascar qui travaillent dans le sens du rapprochement. 

Hors des initiatives privées et non gouvernementales qu’il faut multiplier, la Communauté des Etats de l’Afrique australe devrait aussi travailler à intensifier les échanges économiques, culturels et dans le domaine de l’éducation entre le continent et Madagascar.

Le débat identitaire qui anime Madagascar fait penser à celui qu’il y a eu en Ethiopie. Ce pays a eu une longue histoire commune avec l’Arabie, ce qui se ressent dans certaines de ses langues qui sont sémitiques, et dans l’apparence métissée d’une partie de sa population. Sans renier ses apports externes, le pays a néanmoins compris que le fond commun de tous les Éthiopiens était africain. C’est ainsi qu’il a décidé sous l’empereur Hailé Sélassié de s’encrer définitivement en Afrique et est devenu un pilier de l’unité africaine.

Madagascar est déjà en Afrique, il faudrait que les Malgaches le soient aussi. L’Afrique doit y travailler sérieusement. Le cœur de ce très beau pays doit se poser en Afrique.

La très belle Allée des Baobab à Madagascar
La très belle Allée des Baobab à Madagascar

Hotep !  

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Please follow and like us:
0