Les entités ontologiques de l’humain

 

homme-noir-copie

 

Pour nos ancêtres, l’être humain n’est pas composé seulement d’une âme, d’un corps et d’un esprit (3 entités) comme cela est communément enseigné. Pour nos ancêtres, depuis la civilisation pharaonique l’être humain est composé au total de 9 entités ontologiques qui sont :

 

LE DJET (ou sab) : Le corps physique, qui devient KHAT (putrescible et corruptible) âpres la mort.

LE SAHU : C’est l’entité spirituelle du corps qui entoure le corps physique

LE KHAIBIT : C’est l’ombre attachée au corps physique et qui reste invisible. Cette ombre devient LE SHOUT lorsqu’elle se détache du corps pour devenir visible sous l’effet de la lumière.

BA : C’est l’âme dynamique, mobile et volatile qui protège la momie, et insuffle le souffle vital à l’homme

LE REN : C’est le nom porté par la personne, le nom qui révèle l’essence ontologique de l’homme. Donner un nom est donc quelque chose d’important. C’est pourquoi dans nos traditions depuis la nuit des temps, les noms ne sont jamais donnés par hasard.

LE KA : C’est la force vitale transcendante, le réceptacle de l’énergie divine

LE IB : C’est le cœur non comme organe, mais comme siège de la conscience intime, comme siège de la pensée, siège des intentions et des émotions qui se manifestent a travers le corps physique

LE SEKHEM : La force irrésistible qui protège ou détruit l’homme

Le AKH ou AK : C’est l’esprit lumineux et impérissable, immortel du défunt ressuscité.

 

initiation-benin

 

A titre d’exemple, on retrouve les mêmes entités ontologiques chez les peuples Adja-Fon du Bénin actuel :

 

AGBAZA : Le corps physique qui se désagrège (putrescible et corruptible)

OUTOU : C’est l’entité spirituelle du corps qui entoure le corps physique

YE (Yè) : L’ombre

WINSAGU : C’est l’âme dynamique, mobile

NYI : Le nom qui révèle l’être

L’INDON : La force vitale, c’est la force vitale transcendante, le réceptacle de l’énergie divine

AI : La conscience intime, le siège de la pensée

HONHNLON : La force qui protège ou détruit

SE (Sè) : L’esprit immortel impérissable, l’esprit divin du défunt

Il est possible de faire la même comparaison (celle qui à été faite avec les peuples Adja-Fon du Bénin) avec tous les peuples traditionnels (Yoruba, Bassa, Ewe, Akan, etc…..) qui sont sur notre continent.

 

Hotep

 

Par : Lisapo ya Kama ©

(cf. Jean Charles Coovi GOMEZ « La signification du vocable AKHU en Egypte ancienne et en Afrique noire contemporaine »in ANKH, Revue d’ Égyptologie et des Civilisations Africaines N° 3, Paris, 1993).