Les africains sont-ils les vrais sémites (Juifs et Arabes)?

Il est en effet fréquent d’entendre dans le monde noir notamment, des propos tendant à dire ou insinuer que les véritables hébreux et ou les véritables arabes sont des noirs. Ces affirmations sont faites dans certains cercles, par de nombreuses personnes.

 

Analysons cette affirmation de plus près. Lorsque ceux qui disent que les vrais juifs et les vrais arabes sont les noirs le disent, ils veulent dire par là que :

– Les sémites authentiques arabes et hébreux juifs (Fils de SEM) sont des africains.

– L’arabe et l’hébreu qui sont les langues parlées par ces peuples sont des langues africaines.

 Les vrais arabes ou les vrais juifs sont-ils les noirs (africains) ?

Tout ceci, a un premier abord, semble avoir une cohérence, dans leur vision des choses, vision tirée essentiellement de l’interprétation des livres religieux des religions dites révélées. Mais à y regarder de plus près, il existe de nombreux faits qui permettent de ne pas assimiler les sémites à des africains.

 

Premièrement les noirs africains  sont les premiers habitants de la Palestine et de la péninsule arabique. C’est un fait.

Mais sachant que les livres religieux des religions dites révélées ne sont pas des LIVRES d’HISTOIRE, mais des LIVRES RELIGIEUX,  quelles preuves historiques à-t-on que ces noirs africains étaient des juifs ou des arabes ?

 

La recherche historique et scientifique a-t-elle pu sortir une seule fois  un document  historique (textes, fresques, vestiges, etc..) authentique ou ces noirs africains, qui sont les premiers habitants de la Palestine actuelle (appelée anciennement pays de Canaan et des cananéens) et  de l’Arabie (appelée anciennement pays de Saba et des Sabéens), se définissaient eux-mêmes comme des juifs (hébreux) ou des arabes, ou des descendants d’Abraham?

 

Quel est le document historique authentique qui permet de prouver une origine « africaine » d’Abraham ? Dans quels documents historiques de l’antiquité Abraham, fils de Térah, ainsi que ses descendants, se présentent comme descendants d’Africains ?

Dans quels documents historiques de l’antiquité les arabes et les juifs se présentent eux-mêmes comme des noirs africains ?

La recherche historique montre qu’il y a eu des contacts entre les sémites et les noirs au cours de l’antiquité. La bible même explique par exemple ces contacts à travers des événements comme le séjour du peuple hébreu  en Égypte durant plus de 400 ans. Ces rencontres ont surement menés à des brassages ou des croisements entre sémites et noirs, ce qui explique le teint foncé de certains sémites. Ce sont ces données qui poussent certains à faire des confusions en assimilant des sémites a des africains.

Cependant n’existe aucun document historique authentique de l’antiquité (textes, fresques, documents) ou des noirs africains (ex : nubiens, égyptiens, cananéens, sabéens, etc..) ont écrit qu’ils sont des arabes ou qu’ils sont des juifs. Il n’existe aucun document qui tend à prouver que les premiers juifs ou que les premiers arabes étaient des africains. De même, il n’existe aucun document ou les sémites (juifs, hébreux arabes) disent que leurs ancêtres sont africains. Les premiers habitants de la Palestine n’étaient pas les hébreux, mais étaient d’abord les populations d’origine africaine appelés cananéens. Les premiers habitants de l’Arabie ne furent pas les arabes mais plutôt  les populations d’origine africaine appelées  Adites, auxquels ont succédé les Sabéens du royaume de Saba. Quant aux sémites ce sont des populations apparues pour la première fois non pas en Afrique, mais en Mésopotamie après la période sumérienne.

 

1044034_171001239737346_470941178_n

Reproduction d’une fresque tirée de la tombe du roi Ramessou III (Ramsès III) ou on voit des peuples tels qu’ils étaient représentés  par nos ancêtres de la vallée du Nil (Civilisation Pharaonique). On voit bien de l’Égyptien (figure A) et l’africain (Figure C) sont pareils mais que ces deux sont totalement différents du Sémite (Figure D)

 

-Deuxièmement, les traditions des religions dites révélées différencient les noirs africains  des sémites (juifs et arabes).

 

Les sémites (juifs et arabes) sont classés parmi les fils de SEM, car descendants d’Abraham. Les juifs se présentent comme descendants d’Abraham et de Sara et les arabes se présentent eux-mêmes comme descendants d’Abraham et d’Agar (l’égyptienne) dans leurs traditions religieuses.  Mais les traditions de ces peuples sémitiques étant patriarcales (centrées sur la personne du père), les peuples décrits dans ces religions se présentent, quelque soient leur couleur de peau ou leur apparence physique (noire ou pas), comme des peuples différents des noirs africains.

 

Les noirs africains sont classés parmi les fils de CHAM, ancêtre symbolique des noirs d’Afrique et non comme fils de SEM. Les noirs africains ne sont pas sémites (Fils de SEM, ancêtre symboliques des peuples sémitiques), encore moins descendants d’Abraham.

 

-Troisièmement, il est acquis d’âpres la plupart des recherches linguistiques que l’arabe et l’hébreu sont des langues sémitiques et non des langues négro-africaines.

 

Il est donc clair que si les premiers habitants de la Palestine et de l’Arabie  étaient des noirs africains, ils ne parlaient pas une langue sémitique, mais des langues négro-africaines et des langues apparentées aux langues africaines.

 

Il n’existe pas de langues chamito-sémitiques car l’ancêtre commun de cette famille de langue permettant de trouver la parenté d’une telle famille de langue n’a jamais pu être reconstruit par les spécialistes, malgré des années de recherche en linguistique, comme le démontre l’article de Théophile Obenga (paru dans la revue Ankh) intitulé : Le Chamito-sémitique n’existe pas. Les professeurs Cheikh Anta Diop et Théophile Obenga ont consacré d’énormes ouvrages sur la question. Le premier ouvrage à citer est Parenté génétique de l’égyptien ancien, du copte et des langues négro-africaines modernes de Cheikh Anta Diop. Le second livre à citer est Origine commune de l’égyptien ancien, du copte et des langues négro-africaines de Théophile Obenga. Dans ces livres,  ces chercheurs dont les travaux ont triomphé face à la communauté scientifique au colloque d’égyptologie du Caire organisé par l’Unesco en 1974 ont suffisamment  démontré en long et en large que les langues sémitiques ne sont pas africaines et inversement.

 

-Quatrièmement, Si l’on s’en tient au mode de vie historique des noirs africains et des sémites (juifs, arabes), On sait que le foyer historique d’origine des sémites est la Mésopotamie. C’est la patrie d’Abraham (Ur).  Les sémites (hébreux juifs et arabes) étaient historiquement des gens du désert, des bédouins nomades qui vivaient avec des tentes et dans des conditions difficiles (dans le désert) avant de se sédentariser. Dans le contexte biblique par exemple, on voit le peuple juif à la recherche d’une « terre promise ». La thématique  de la recherche d’une terre maintes fois évoquée dans la bible est un des signes que ce peuple (juif)  était nomade à l’ origine et sans terre, c’est pourquoi ils cherchaient une terre pour s’installer. Ils (les juifs) s’installeront et se sédentariseront plus tard sur une terre qui n’est pas la leur à l’origine, c’est à dire la terre des cananéens (Canaan). C’est cette terre Canaan qui est appelée Palestine aujourd’hui.  La problématique de la terre était donc très importante pour eux. Les sémites (arabes et juifs)  avaient des mœurs liées à la vie au désert.  Les noirs africains étaient historiquement des sédentaires, avec des champs, des constructions (le développement des civilisations  ayant laissé des vestiges ne s’est fait historiquement que dans le cadre de peuples sédentaires). Les noirs avaient des mœurs liés à la vie sédentaire.

10862807-illustration-de-fond-avec-des-bedouins-et-des-chameaux

Dessin représentant les bédouins dans le désert. Ce mode de vie nomade (avec des tentes pliables et dépliables en guise de maison et des chameaux) n’est pas un mode vie authentiquement africain, mais un mode de vie authentiquement sémitique. Même si l’on tient compte du style vestimentaire, les africains dans leurs cultures authentiques ne se voilent pas le corps de la tête aux pieds (turbans, voiles, tenues qui recouvrent tout le corps) comme les sémites

 

Si on s’en tient au mode de vie de ces populations, force est de constater que au niveau des modes de vie, ces différences marquées entre les sémites et les noirs africains ne permettent pas d’assimiler les noirs africains a des sémites (juifs et arabes).

 

lejeune-nicolas-village-africain-midi-copie

Dessin représentant le village africain, avec son mode de vie sédentaire. Les gens vivent de manière sédentaire, possèdent des terres, des champs  et ont des maisons qu’ils habitent.

Ces différences simples, permettent déjà d’affirmer que les noirs africains ne sont pas sémites (juifs ou arabes) et inversement. Lorsque des africains disent que les vrais sémites juifs, hébreux ou que les vrais arabes sont des noirs, africains, ils associent leurs ancêtres historiques à des bédouins,  nomades originaires de Mésopotamie qui vivaient historiquement dans le désert avant de se sédentariser en Canaan (Palestine) et  sur les terres des sabéens (en Arabie).

 

Mis à part le cas des Falashas dont la judéité  longtemps a fait débat et ne cesse de faire débat encore aujourd’hui, (puisque ceux-ci ne sont pas hébreux, ne parlent pas l’hébreu, le yiddish, et ne possèdent pas d’autres livres juifs tels le Talmud par exemple, etc), force est de constater que des peuples tels que les «juifs noirs», ou les « Kongos juifs » ou «les tribus juives d’Afrique», ou «les bantous hébreux» ou les «hébreux noirs» ou encore les «arabes noirs», ou encore «les Shabazz»,  etc. sont des peuples imaginaires et fantomatiques, car leur existence n’a jamais été prouvée. L’existence d’un ADN ou de chromosomes «juifs ou arabes» n’a jamais été démontré par la communauté des spécialistes du séquençage de l’ADN ou des chromosomes.  Ces juifs noirs ou ces arabes noirs  sont des peuples  qui n’existent que dans l’imagination très fertile de ceux qui les ont créés.

28990_10151530404582975_480562777_n-copie

Un groupe de gens qui se fait appeler « Juifs Noirs »

Par conséquent si des gens se qualifient de juifs noirs ou d’arabes noirs c’est soit par ignorance et aliénation, ou peut-être pour d’autres intérêts. Mais ces gens ne le font pas par souci de la vérité ou de la réalité.

 

Aucun peuple africain dans sa tradition et son histoire authentique ne se déclare descendant d’Abraham (juifs noirs ou arabes noirs). Les africains (qui se réfèrent souvent à leurs ancêtres) connaissent bien leurs ancêtres et leurs lignages pour savoir qu’ils ne sont pas descendants d’Abraham.

bebe-africain

 

A la façon dont un enfant reconnait sa mère, les traditions et les enfants de notre continent reconnaissent leur terre mère, c’est a à dire la terre de nos ancêtres.

 

Par : Lisapo ya Kama ©

Sources :   Cheikh Anta Diop, Nations Nègres et Culture

                   Cheikh Anta Diop, Parenté génétique de l’égyptien ancien, du copte et des langues négro-africaines modernes

                    Theophile Obenga, Origine commune de l’égyptien ancien, du copte et des langues négro-africaines

                 Theophile Obenga, Le Chamito Semitique n’existe pas

                 Le peuplement de l’Egypte ancienne et le déchiffrement de l’écriture méroitique, Actes du Colloque  tenu au Caire du 28 janvier au 3 février 1974.

                 Bible

Please follow and like us:
0