L’Afrique à l’arrivée des explorateurs européens

Lorsque les premiers explorateurs européens sont arrivés pour explorer et découvrir l’Afrique, ils n’ont pas trouvé en Afrique des primitifs, des sauvages, des barbares ou des gens sans civilisation, qu’ils ont civilisés.

L’ethnologue allemand Leo Frobénius (1873-1938) qui a entrepris près d’une douzaine d’expéditions en Afrique noire entre 1904 et 1935, fit pour nous une brève description, un aperçu de ce qu’était l’Afrique a l’arrivée des premiers européens, d’après les récits et les descriptions de l’Afrique donnés par les premiers explorateurs. :

« Lorsqu’ils (les navigateurs européens) arrivèrent dans la baie de guinée et abordèrent à vaida, les capitaines furent fort étonnés de trouver des rues bien aménagées bordées sur une longueur de plusieurs lieues par deux rangées d’arbres: ils traversèrent pendant de longs jours une campagne couverte de champs magnifiques, habités par des hommes vêtus de costumes éclatants dont ils avaient tissés l’étoffe eux-mêmes! Plus au sud, dans le royaume du Congo, une foule grouillante habillée de soie et de velours, de grands états bien ordonnés et cela dans les moindres détails, des souverains puissants, des industries opulentes. CIVILISES JUSQU’À LA MOELLE DES OS! Et toute semblable était la condition des pays à la côte orientale, la Mozambique, par exemple ».

ifrobeu001p1

Léo Frobénius

En arrivant sur notre continent, les explorateurs européens ont trouvé des gens qui avaient déjà leur propre civilisation jusqu’à LA MOELLE DES OS.

 AFRIQUE-PRE-COLONIALE

La Ville de Loango (Kongo)  vue par les européens lorsqu’ils y sont arrivés. Dessin de l’explorateur hollandais Dapper.

tombouctou

La ville de Tombouctou dessinée par des européens au 19è siècle.

 

kano-nige-ria-1860

La ville de Kano dessinée par des européens 19è siècle. Voila les choses qu’ils ont   vu et qu’ils ont reproduit.

 

Geopolitical-Africa-Kumasi-the-Capital-of-Ashanti-1024x628

Dessin d’une partie de la ville de Kumasi,  capitale des Ashanti, réalisé par les européens.

 

Roi du Kongo 1642 Dapper

Émissaires européens reçus par le Roi du Kongo au 17è siècle. Dessin de Dapper.

 

Les récits des explorateurs étrangers qui furent fort nombreux à explorer le continent africain, sont d’une très grande importance pour nous permettre d’apprécier la situation à l’intérieur des terres. Ceux-ci sont encore résumés par Frobénius qui nous donne son point de vue personnel de la dévalorisation de l’image des noirs dans l’intérêt des puissances coloniales:

« Les révélations des navigateurs portugais du XVeme au XVIIIeme siècle fournissent la preuve certaine que l’Afrique nègre qui s’étendait au sud de la zone désertique du Sahara était encore en plein épanouissement, DANS TOUT L’ÉCLAT DE CIVILISATIONS HARMONIEUSES ET BIEN FORMÉES. Cette floraison, les CONQUISTADORES (conquérants) européens l’ANEANTISSAIENT à mesure qu’ils progressaient. Car le nouveau pays d’Amérique avait besoin d’esclaves et l’Afrique permettait d’en avoir: des centaines, des milliers, de pleines cargaisons d’esclaves! Cependant, la traite des noirs ne fut jamais une affaire de tout repos; elle exigeait sa justification ; aussi fit-on du nègre un demi-animal, une marchandise. Et c’est ainsi que l’on inventa la notion du fétiche (mot qui vient portugais: feiticero) comme symbole d’une religion africaine. Marque de fabrique européenne! Quant à moi, je n’ai jamais vu dans aucune partie de l’Afrique nègre les indigènes adorer des fétiches(…) L’idée du « nègre barbare » est une invention européenne qui a, par contre coup, dominé l’Europe jusqu’au début de ce siècle« .

 Ce que nous dit Frobénius ici est clair. Il nous dit sur la base des recherches, des documents et de ses propres voyages qu’il a fait en Afrique que :

les africains que les multiples explorateurs européens ont vu lorsqu’ils ont exploré l’Afrique n’étaient ni des sauvages, ni des barbares, ni des idolâtres mais bel et bien des gens «CIVILISES JUSQU’À LA MOELLE DES OS!».

ce sont des envahisseurs européens avec des phénomènes comme la traite négrière, etc…qui ont détruit et pillé les «CIVILISATIONS HARMONIEUSES ET BIEN FORMÉES» de l’Afrique dont beaucoup de vestiges existent encore de nos jours (ex : civilisation de l’empire Kongo, civilisation Shona de Monomotapa, civilisation de la confédération Ashanti, civilisation Yoruba de Ilé Ifè, etc…).

l’idée du nègre barbare, sauvage, bête, idiot ou sans civilisation qu’il faut civiliser  est une invention des européens pour justifier les projets négatifs (esclavage, ou encore colonisation, etc..) qu’ils ont fait en Afrique.

C’est ainsi que l’Afrique des empires puissants et des royaumes, a subi des attaques,  des destructions, et est entrée dans un cycle de souffrance (esclavage, colonisation, etc…) jusqu’à aujourd’hui.

Par : Lisapo ya Kama ©

Sources :

Jean Phillipe Omotundé: les Racines africaines de la civilisation européenne, Editions Menaibuc

Leo Frobénius, Histoire de la civilisation africaine, traduit par Back et Ermont, Gallimard, Paris 1938

Spread the love