L’affaire de l’ADN des Egyptiens : vérité et mensonges

31 Mai 2017, les médias du monde occidental annoncent tous que l’ADN de 90 momies égyptiennes vient d’être enfin déchiffré. Il serait d’origine orientale et européenne. L’information fait le tour du monde, réjouit les tenants de l’Egypte blanche et secoue les Africains et Africains-descendants qui s’étaient approprié cette civilisation. Nous nous sommes procurés cette étude et nous allons démontrer ici qu’elle est malhonnête du début à la fin et que la civilisation égyptienne appartient – si preuve il fallait encore – strictement au monde négro-africain.

La princesse Ndjemt, fille du pharaon Ramessou Kha-m-Ouaset (Ramsès XI). Son père fut le dernier pharaon des grandes dynasties égyptiennes, vers 1080 avant JC. Comme vous pouvez le voir, elle fut indiscutablement africaine.
La reine Ndjemt, fille du pharaon Ramessou Kha-m-Ouaset (Ramsès XI) et épouse du pharaon-prêtre Heri Horo. Son père fut un des derniers pharaons des grandes dynasties égyptiennes autochtones, vers 1070 avant JC.
Comme vous pouvez le voir, elle fut indiscutablement africaine. Très probablement ses cheveux ont été involontairement défrisés pendant la momification comme nous l’avons montré ici

Comment déterminer quel peuple est à l’origine d’une civilisation ?

Le choix des sites

Imaginons aujourd’hui que la civilisation française disparaissait et que dans 2000 ans on essayait de déterminer qui en fut à l’origine. La première chose qu’on ferait serait de consulter les documents d’époque pour savoir quels furent les lieux importants de cet Etat ancien. Alors on se rendrait compte que les grands de France sont inhumés dans les tombes royales en Île de France et au Panthéon à Paris. On excaverait les dépouilles qui s’y trouvent et on déterminerait facilement que la civilisation française fut le fait des Blancs.

Si par contre on allait à Marseille, on trouverait tant de Berbères et d’Arabes dans les cimetières, et on conclurait faussement que la France fut le fait des Berbères et des Arabes. C’est la même chose avec la civilisation américaine actuelle. Il faudrait aller au cimetière d’Arlington en Virginie et non dans un cimetière quelconque de Miami rempli de portoricains, de cubains, de vénézuéliens, de nicaraguayens.

Le choix de la période

De la même manière, les documents historiques montreraient qu’il y a eu à Marseille un afflux d’Arabes et de Berbères vers la moitié du 20e siècle. Si on insistait tout de même pour savoir qui sont les fondateurs de la ville, les dépouilles plus anciennes, celles de la basse antiquité en particulier, seraient ainsi indicatives.

Afin de déterminer le peuple à l’origine d’une civilisation donc, tout commence par la documentation historique pour savoir quels sites fouiller et quelle période prendre en compte.

Que dit la documentation historique égyptienne ?

Elle dit ceci :  

  • 4000 avant JC : naissance entre le Soudan et le sud de l’Egypte de la toute première dynastie qui finit par conquérir tout le nord vers 3300 avant JC.
  • De -3300 à -1730, n’ont régné que ces dynasties originaires du sud de l’Egypte et du Soudan.
  • Entre -1730 et -1540, une dynastie occupante appelée Hyksos, probablement blanche, conquiert le nord du pays, les rois autochtones se replient vers leur bastion d’origine au sud.
  • Entre -1540 et -1070, les dynasties autochtones reprennent et dirigent tout le pays.
  • Entre -1070 et -663, les Noirs libyens associés à des Blancs règnent sur le nord, le pouvoir autochtone se repliant encore une fois sur le sud. Puis les soudanais règnent sur tout le pays.
  • Entre -663 et -332, une succession chaotique d’occupants blancs perses et d’Egyptiens dirigent le pays.
  • De -332 à 641, dominent les Grecs et les Romains entrés par le nord.
  • Et de 641 à nos jours les Arabes, avec deux intervalles turc et britannique. 

Qu’est-ce que ça veut dire : Ca veut dire que si on veut déterminer par la génétique et de manière fiable qui étaient les anciens Egyptiens, on irait prendre les dépouilles des souverains au sud de l’Egypte dans la vallée des rois à Louxor, et on prendrait en priorité des dépouilles qui datent d’entre -4000 et -1730 et d’entre -1540 et -1070. Cela a déjà été fait.

Que disent les recherches génétiques antérieures sur les anciens Egyptiens ?

La principale étude date de 2012 et a été menée par le laboratoire américain DNA Tribes. Elle a porté sur 3 pharaons parmi les plus connus : Amenhotep III, Toutankhamon et un autre pharaon dont on ne sait pas si l’identité est Smenkaré ou Akhenaton. Qui plus est les grands-parents maternels d’Akhenaton, les influents prêtres Youya et Touya ont été inclus dans l’étude. Ces rois ont régné vers -1400, donc dans la période fiable. Le résultat est sans appel : ils sont originaires de l’Afrique au sud du Sahara.

Résultats de DNA Tribes : Indice de compatibilité génétique de 326 avec l'Afrique australe, 323 avec les grands Lacs et 83 avec l'Afrique centrale/Afrique de l'Ouest.  Pour comparaison, les Blancs sémitiques, européens ou berbères sont entre 3 et 7.
Résultats de DNA Tribes :
Indice de compatibilité génétique de 326 avec l’Afrique australe, 323 avec les grands Lacs et 83 avec l’Afrique centrale/Afrique de l’Ouest. Cette étude est la référence absolue en matière de génétique sur les anciens égyptiens. 
Pour comparaison, les Blancs sémitiques, européens ou berbères sont entre 3 et 7 de compatibilité.

Par ailleurs en 2012 l’étude de Zahi Hawass et al. publiée dans le BMJ a montré que le pharaon Ramsès III – qui a régné vers -1200 – portait le gène E1b1a qui est un gène africain. Ce gène est quasi-spécifique aux populations de l’Afrique au sud du Sahara et aux Africains des Amériques. Il est maximal chez les Angolais par exemple. Les Occidentaux sont restés silencieux sur ces 2 études, ce qui contraste avec le tintamarre médiatique d’aujourd’hui. On fait comme si la présente étude était la première.    

A gauche Toutankhamon et sa femme le reine Ankh-Sen-Imana, fille d'Akhenaton et de Nefertiti A droite le grand pharaon Amenhotep III, père d'Akhenaton
A gauche Toutankhamon et sa femme le reine Ankh-Sen-Imana, fille d’Akhenaton et de Nefertiti
A droite le grand pharaon Amenhotep III, père d’Akhenaton
Le pharaon Ramessou Hekayounou (Ramsès III) à gauche Le pharaon Akhenaton et ses traits africains à droite
Le pharaon Ramessou Hekayounou (Ramsès III) à gauche
Le pharaon Akhenaton et ses traits africains à droite

Qu’a en réalité fait l’étude qui fait tant de bruits aujourd’hui ?

L’étude de Johannes Krause de l’Institut Max Planck en Allemagne, a présélectionné 91 momies trouvées dans un (1) cimetière au nord de l’Egypte. Il s’agit d’un seul site. Le Pr Johannes Krause a-t-il eu peur d’aller chercher les Egyptiens au Sud où ils sont concentrés ? 

Voici en encadré au nord de l'Egypte d'ou viennent les momies de l'étude de Johannes Krause Regardez loin tout en bas à droite, c'est Louxor, là ou sont enterrés les pharaons.
Voici en encadré au nord de l’Egypte d’ou viennent les momies de l’étude de Johannes Krause. L’image est issue de sa publication. 
Regardez loin tout en bas à droite, c’est Louxor, là ou sont inhumés les pharaons. Même quand le pharaon mourrait au nord, on emmenait sa dépouille au sud, tout comme aujourd’hui on enterre les gens dans leurs villages. Les Egyptiens savaient parfaitement qu’ils venaient du sud.  

Mais ce n’est pas tout. Sur ces 91 momies, combien datent des périodes qui nous intéressent (4000-1730, 1540-1070) ? Eh bien c’est simple : 4. 4 momies sur les 91 sélectionnées datent des grandes périodes de règne des Egyptiens autochtones. Seuls ces 4 datent d’avant 1070. Toutes les autres sont récentes. Et combien sur ces 91 datent de la domination des Blancs grecs et romains ? 48. Soit la majorité.

L’échantillon est donc invalide pour déterminer l’origine des anciens égyptiens. Mais doit-on continuer dans la critique ? Continuons par charité.

Sur les 91 momies combien ont en réalité été génétiquement analysées pour déterminer qui étaient les anciens égyptiens ? Tenez-vous bien : 3. Johannes Krause dit d’entrée de jeu dans le résumé « Nous présentons ici 90 génomes mitochondriaux et des données génétiques plus larges de 3 individus issus des momies égyptiennes ». L’étude qui fait du bruit dans le monde entier aujourd’hui et qui passe pour avoir déterminé qui étaient les Egyptiens repose donc sur 3 momies. 3 !!!!!!

Sur ces 3 momies, combien datent des grandes époques de règne des Egyptiens autochtones ? C’est simple : 0. La momie JK2134 date d’entre 776 et 669 avant JC, la momie JK2911 date de 769-560 avant JC. La momie JK2888 date de 97-2 avant JC. Toutes ces momies datent de l’époque où l’Egypte au nord était dominée par des étrangers blancs ou avait une forte population immigrée blanche. Ces momies ne peuvent donc en aucune façon être représentatives du peuple ou des rois d’Egypte ancienne.  

Voici en une image résumée l'étude en question. 3 momies!
Voici en une image résumée l’étude en question. 3 momies!

En résumé les momies censées dire que les Egyptiens étaient blancs :

  • Proviennent d’un seul site sans importance.
  • Ont été prises au nord de l’Egypte qui fut à plusieurs reprises sous la domination d’étrangers blancs et en partie peuplée d’immigrants blancs.
  • Ne sont qu’au nombre de 3, ce qui est ridiculement petit.
  • Ne datent pour aucune d’entre elles de l’époque des grands règnes des Egyptiens autochtones.
  • Datent toutes de la basse époque, celle du déclin et de l’occupation, où les Blancs s’étaient infiltrés par le nord.

Cet échantillon est donc nul. Ça ne sert à rien de continuer à le discuter.

Les Occidentaux veulent donc s’enorgueillir du fait qu’ils ont trouvé 3 Blancs sur 10 millions d’Egyptiens anciens ? Donnons leurs, nous ne sommes pas pingres. Suivant leur logique hérétique, dans 2000 ans on trouvera des jamaïcains dans les tombes britanniques et on conclura alors que la reine Elisabeth II et les Anglais étaient noirs. Dans 2000 ans on trouvera des indiens dans les tombes tanzaniennes, on conclura aussi que Julius Nyerere et les Tanzaniens étaient indiens. Ce n’est pas comme ça qu’on fait de l’histoire.    

Par ailleurs l’Université de Tübingen en Allemagne à laquelle est rattaché Mr Krause – le chercheur des 3 momies – a fait parler d’elle il y a peu. Elle a fait passer des singes européens avec des prémolaires liées pour les premiers hominidés au monde, voulant par-là dire que l’humanité n’est pas née en Afrique. Nous avons donc à faire à des idéologues racistes.

Les Occidentaux ont donc réellement penser que nous allions nous arrêter au titre sensationnel de cette étude et ne pas aller en profondeur ? C’est ne pas connaître les nouveaux Africains que Cheikh Anta Diop a fait naître. Nous tenons à dire que rien ni personne ne nous remettra plus jamais dans la condition mentale d’esclave éternel dans laquelle on veut nous enfermer. Avec la science, nous serons sans concession, sans pitié, avec quiconque osera se mettre en travers de notre lien indestructible avec nos ancêtres glorieux. Notre détermination est totale.

On minimise beaucoup la motivation inébranlable d’un enfant qui veut retrouver ses parents qu’on lui a cachés. Nous ne baisserons plus la tête, nous ne serons plus complexés, nous ne nous sentirons plus inférieurs. Nous ne rentrerons plus dans la honte et la détestation de nous-mêmes que les occupants nous ont enseignées et que nous avons douloureusement ressenties avant de découvrir notre histoire. Nous allons faire en sorte que ces sentiments appartiennent au passé.

Les Noirs d’Afrique sont les civilisateurs de l’humanité et ils ne descendront plus jamais de ce piédestal historique. C’est eux qui ont inventé la civilisation en Afrique et l’ont introduite en Asie, en Amérique, en Europe. Chacun va apprendre à reprendre sa place dans l’histoire. C’est avec cette nouvelle fierté, cette confiance infinie en nos capacités, que nous rebâtirons l’Afrique.

Ceci dit vu l’onde de choc que cette étude a créé au sein du monde noir, nous pensons qu’il faut que le maximum d’Africains acquiert des connaissances scientifiques solides pour pouvoir décrypter les mensonges contenus dans la littérature scientifique. Mais surtout il est aussi urgent que nous maîtrisions notre espace médiatique pour pouvoir imposer notre voix, qui est celle de la vérité.

Vie, Santé et Force aux énergies de nos Ancêtres !

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Please follow and like us:
0