La traite européenne: aspects occultés

Il existe des aspects de la traite négrière européenne qui sont parfois occultés au grand public. Dans cet article nous ferons un tour d’horizon de ces aspects occultés.

Il faut savoir que pour faire les expéditions et aller conquérir les territoires, et esclavagiser les peuples, les européens avaient l’habitude de recruter des hommes de main, des guerriers, des assassins et des tueurs à gages, des anciens prisonniers criminels (qui croupissaient dans leurs geôles et qui rachetaient ainsi parfois leur libertés), bref des personnes peu recommandables.  Ce sont ces gens qui accompagnaient les missionnaires ou les Christophe Colomb etc… et qui massacraient les gens.  Lors de la conquête du nouveau monde, les indiens d’Amérique furent d’abord massacrés et réduits à l’esclavage. Des européens  aussi étaient réduits en esclavage en Europe même, vendus ou capturés par d’autres européens en Europe même, pour être déportés en esclavage dans des bateaux et vendus dans le « nouveau monde » (continent américain). Mais ça les occidentaux n’en parlent jamais.

Slave
Image montrant un esclave européen attaché qui s’apprête a être  fouetté et puni par des européens.

Les indiens et  les européens esclaves  n’arrivaient pas forcément à survivre aux mauvais traitements,  à suivre le rythme et  les cadences de travail imposées par les esclavagistes et beaucoup en mourraient ou en souffraient. Les esclaves noirs étaient plus solides et plus productifs, voilà pourquoi les occidentaux venaient tout le temps capturer les noirs en Afrique

Il convient de  rappeler que la traite négrière n’a jamais été un commerce. Puisque ce n’était pas un commerce les européens ne venaient donc pas avec des pacotilles ou des présents qu’ils échangeaient contre quoi que ce soit. Ils venaient plutôt avec  des armes a feu et du matériel de guerre, afin d’avoir de quoi massacrer et capturer les gens. Les noirs par conséquent n’ont jamais vendu personne à qui que ce soit. Nous en avons déjà parlé dans nos articles intitulés : Les noirs ont vendu les noirs : décryptage d’un mensonge et les africains ont-ils pratiqué l’esclavage ?

Par ailleurs il y a eu beaucoup de résistances car les noirs ont lutté et résisté contre les envahisseurs afin de les empêcher d’accomplir leurs projets esclavagistes. Il y a donc eu des combats importants entre les envahisseurs et les noirs qui faisaient de la résistance. Une des résistances à l’esclavage parmi les plus importantes fut celle des Djaga, peuple guerrier de l’ancien grand royaume du Kongo par exemple. C’est par la force brutale que les noirs ont été arrachés à la terre de leurs ancêtres. Il y a même eu des révoltes d’esclaves sur les navires négriers parfois.

revolte-sur-un-bateau-negrier-au-18eme-siecle
Révolte d’esclaves sur un navire négrier

Les européens, lorsqu’ils arrivaient à vaincre et à capturer les noirs, détruisaient les villes, les villages et les civilisations noires. Pour détruire les résistances des noirs il fallait désorganiser leurs organisations guerrières, sociales ou étatiques (armées, royaumes, etc.…)  Ainsi durant les razzias beaucoup de leaders (ministres, leaders, et même des rois, etc.)  ou d’élites de cette époque furent déportés afin de désorganiser les royaumes et les résistances. Le père du célèbre Toussaint Louverture par exemple était un personnage important, puisqu’il était ministre de la défense du royaume d’Allada (au Bénin actuel) avant d’être capturé et déporté en esclavage.

toussaint_louverture
Le célèbre Toussaint Louverture. Comme lui beaucoup de nos frères africains  qui sont aux Antilles, dans les caraïbes, etc… avaient des ancêtres qui étaient des élites dans les royaumes en Afrique.

Lorsque les européens déportaient les élites, par qui les remplaçaient-elles ? Elles les remplaçaient par leurs propres pions c’est-à-dire des noirs qui âpres des efforts et des défaites répétés, devant la force et les pressions de l’ennemi, acceptaient de collaborer pour ne pas être tués ou déportés eux-mêmes en esclavage,  ou par des européens qui âpres avoir terrorisé les noirs prenaient la place de nos véritables élites (qui avaient été déportées) en s’autoproclamant eux-mêmes rois ou chefs pour organiser des chasses a l’homme noir et les livrer à leurs frères esclavagistes qui les expédiaient hors d’Afrique.

C’est sur cette base qu’ils ont inventé le mensonge des rois africains et des élites africaines qui auraient eux-mêmes tranquillement et gentiment  vendu leurs propres frères dans le cadre d’un prétendu commerce dit triangulaire. Mais tous ces mensonges déjà été détruits par la science et les recherches.

Après avoir  été capturés et /ou kidnappés par les européens, les noirs étaient chargés au même rang que d’autres marchandises sur les bateaux comme du bétail et enferrés ou ligotés à fond de cale de bateau. Et pour arriver dans les terres ou les noirs allaient être réduits en esclavage, il fallait faire des jours et des mois en mer. Beaucoup de noirs mourraient de tristesse suite à leur éloignement de la terre de leurs ancêtres, beaucoup mourraient aussi du manque de confort, de fatigue, des mauvais traitements ou du mal de mer à répétition, etc.…

slaveshipbrookes
Intérieur d’un navire négrier.  On y voit comment les esclaves étaient parqués

Lorsque certains navires négriers étaient trop chargés en marchandises ou lorsque ceux-ci se faisaient attaquer par des pirates, les négriers jetaient parfois  plusieurs dizaines de noirs vivants en pleine mer pour se décharger. Ils jetaient aussi des noirs en pleine mer lorsque ces personnes étaient malades ou affaiblies par un mal. Les corps des noirs qui mourraient durant les mois de la traversée en mer étaient aussi jetés en mer. L’océan atlantique est un donc comme un cimetière ou beaucoup de corps de noirs furent jetés durant tous ces siècles d’esclavage.

A0035_image0002
Fresque où on voit des négriers jeter des noirs vivants dans l’eau en pleine mer

Les noirs n’étaient pas seulement expédiés sur le continent américain (Antilles, Amérique du Nord ou du Sud, etc..). Ils étaient aussi expédiés dans toute l’Europe France, Angleterre, etc.…  L’Europe est donc truffée de ports ou les esclaves étaient déversés (ex : les ports de bordeaux, ou de Nantes en France, etc.…) mais ça les européens n’en parlent pas trop.

Les noirs qui réussissaient la traversée des mers dans ces conditions aussi inhumaines et qui arrivaient vivants sur les terres ou ils allaient être réduits en esclavage étaient déjà des survivants de toutes ces horreurs. Après des mois de traversée ils arrivaient sur les terres d’esclavage, fatigués (physiquement et psychologiquement), sales (puisque n’ayant pas pris de vraie douche depuis des mois), imaginez donc les odeurs dans les cales des bateaux et les odeurs des noirs lorsqu’ils sortaient des bateaux!!!

Une fois sur place les personnes réduites en esclavage étaient vendues par les négriers aux acheteurs d’esclaves. Une fois les personnes vendues, leurs propriétaires leur mettaient un signe pour les reconnaitre. Certains propriétaires d’esclaves marquaient leurs esclaves au fer, comme des bêtes !

marquagedenoirs
Le marquage au fer d’un esclave

Au-delà des conditions et des règles établies dans les Codes Noirs qui réglementaient l’esclavage a cette époque, il faut savoir que les esclavagistes utilisaient les femmes noires esclaves qui leur plaisaient, comme objets sexuels pour assouvir leurs désirs et fantasmes sexuels de toutes sortes. Les enfants qui naissaient de ces femmes noires étaient rejetés par les esclavagistes et mis au rang des autres esclaves en raison de leur couleur de peau. Cela signifie que les esclavagistes détestaient ce qu’on appelle le métissage aujourd’hui. Déjà qu’en raison de leur racisme ils assimilaient les noirs à des animaux, ils appelaient aussi les métisses des mulâtres (ce qui signifie étymologiquement un croisement entre un mulet et un âne), etc…

Il y avait aussi des propriétaires d’esclaves homosexuels qui utilisaient des hommes noirs pour assouvir leurs désirs sexuels.

Voilà un exemple de choses qui se sont passés durant l’esclavage et dont les gens ne  parlent jamais !!!

Hotep !!

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Notes :

  • La Ferocité blanche, Rosa Amelia Plumelle Uribe
  • Quand l’africain était l’or noir de l’Europe, Bwemba Bong
  • White Cargo, Don Jordan and Michael Walsh
  • They were whites and they were slaves, Michael A Hoffman II
Spread the love