La Religion des Akan

Carrier of the royal Asante sword
Porteur d’épée royale Ashanti 

Les Akan sont un peuple du Ghana et de Côte d’Ivoire. On estime leur nombre à près de 20 millions de personnes dans ces 2 pays. Ils sont composés de plusieurs sous-groupes. On peut citer les Asante (Ashanti), Akwamu, Akyem, Akuapem, Denkyira, Abron, Aowin, Ahanta, Anyi, Baoule entre autres. Ils sont probablement originaires d’Egypte comme démontré par Cheikh Anta Diop dans Nations Nègres et Culture, à travers l’étude du sous-groupe Anyi (pages 391 et 392).

Amon-Ra
Imana/Amen/Nyamien/Nyame/Nyambe/Nzambe/Nzambi etc… Dieu unique de l’Afrique, imaginé sous sa forme masculine; Gravure du temple de la pharaon Hatchepsut à Deihr el Bahari 

Les Akan ont un Dieu unique appelé Nyame. Ce nom est à rapprocher de Nyambè, Nzambè, Zamba, Nyumbi, Nzame, Zumbi, Nzambi, Zambi qu’on retrouve au Cameroun, Gabon, Congos, Angola, Botswana, Namibie, Zambie. Tous ces noms sont les noms d’Amon, le Dieu unique de l’Afrique noire. Nyame chez les Akan est encore appelé Onyankopong (l’être à l’origine de l’univers) ou Odomankoma (l’être infini). Ceci est à comparé aux attributions de Dieu en Egypte. Amon est Neb r djer (le maître de l’univers). Amon est Neb nehehe (le maître de l’éternité).

Nyame est spirituellement visible partout. Ceci sous entend que son énergie à l’origine de la création se trouve dans tout ce qui existe, y compris les plantes et les animaux, comme cela est pensé dans la cosmogonie égyptienne et dans toute l’Afrique noire. Chez les Bamilékés du Cameroun, Dieu est le courant d’énergie qui anime tous les éléments de la nature. Les baKongo appellent cette énergie Ngolo. Dans la tradition Fang d’Afrique centrale, il est dit ‘Eyô âng’ayô a ne viô’ [1], c’est à dire Eyô (Dieu) s’est alors multiplié comme des champignons.  Ceci montre la multiplicité de l’Ancêtre primoridial qui est l’énergie en toute chose. Ce passage Fang rejoint les Akan qui disent que Nyame est un et multiple.

Nyame est un Dieu androgyne, c’est-à-dire à la fois masculin et féminin, comme Amon en Egypte et Amma chez les Dogons du Mali. Au commencement, Nyame a créé Osoro qui représente le paradis et Asaase qui représente la terre et la fertilité. Osoro est mâle et Asaase est femelle. Dans la cosmogonie d’Iounou en Egypte, Ousiré/Wasiré (Osiris) est le fils de Dieu, commandant du tribunal des morts, chargé d’envoyer le défunt selon ses actions au paradis ou en enfer. Aïssata (Isis) représente la fertilité, elle est une femme. Osoro semble donc être Ousiré et Asaase est Aïssata. Le nom d’Ousiré chez les Somali est Awzaar et Aïssata est Aïssitou. 

The divine couple Aisata/Asaase/Aisitu on the right side and her husband Usire/Osoro/Awzaar in the middle. Their son Horo/Horus is on the left side of the picture.
Le couple divin Aïssata/Asaase/Aïssitou à droite; son mari Ousiré/Osoro/Awzaar au milieu. Leur fils Horo/Horus à gauche.

Nyame est considéré comme l’ancêtre primordial des Akan, tout comme Olorun (Dieu) est considéré comme l’ancêtre primordiale des Yoruba, tout comme Amon est considéré comme l’ancêtre primordiale des égyptiens et des nubiens ou encore Mwari est considéré comme l’Ancêtre primordial des Shona du Zimbabwe.

Akan couple
Couple Akan

La spiritualité Akan est ainsi basée sur l’adoration des Ancêtres. Pour les Kamites, à la mort il y a séparation entre le corps physique et l’énergie. L’énergie rejoint les autres énergies dans un endroit appelé Butdenga – c’est à dire pays des Ancêtres – par les Mossi du Burkina Faso. Les Zulu appellent les ancêtres morts amaDlozi, les malgaches les appellent Razana. 

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Bibliographie :

  • Article de Kofi Kissi Dompere, economiste et philosophe, auteur de ‘polyrythmicity: the fundaments of the African philosophy’
  • René Louis Parfait Etilé pour Africamaat
  • [1] Le Mvett, la mort, l’homme et l’immortalité, Tsira Ndong Ndoutoume, page 22.
Spread the love