La civilisation Somali

Quand on pense à la Somalie aujourd’hui, les images de guerres et de famines viennent en premier à l’esprit. Le pays a pourtant connu un âge d’or, à travers la civilisation du peuple qui lui a donné son nom. Nous allons vous parler de cette glorieuse page d’histoire… 

somali-14-zeila
Zeila

Aux origines

Le peuple Somali constitue avec les Oromos, les Afars, les Sidamo et les Beja le grand peuple Couchitique. Kush est le nom ancien du Soudan, documenté même dans les écrits du pharaon Akhenaton. Il apparaît que les Somali soient une branche des premiers soudanais. Avant l’islamisation, ce peuple pratiquait la Religion Africaine et la langue Somali est une langue négro-africaine. Les traits fins et les cheveux lisses qu’on retrouve chez les Somali constituent une variante de la race noire, sans métissage. Les Somali sont probablement en Somalie, à Djibouti et en Ethiopie depuis des temps très anciens.

Somali couple The people of the horn of Africa have naturally straight hairs
Les Somali

L’émergence de la civilisation Somali

L’apparition de cette civilisation comme toutes celles de la Côte-Est africaine est attribuée à des colons arabes et perses arrivés vers le 9e siècle. Et ce serait par l’activité commerciale avec l’Orient et l’Asie que le peuple Somali aurait pris sa dimension impériale. Des recherches approfondies mettent pourtant à mal cette version officielle. La plus ancienne ville de la Côte Est semble être une cité du nom de Rhapta, documentée par les Grecs il y a 2000 ans. En 2016, le chercheur Diver Alan Sutton a découvert au large de la Tanzanie les ruines d’une grande ville sophistiquée qui pourrait bien être Rhapta.

Par ailleurs, l’étude de l’architecture de la civilisation Swahili en Tanzanie-Kenya a révélé qu’elle n’était ni arabe ni perse mais bien africaine. On note qu’il a été découvert des pièces de monnaies romaines en Somalie et en Tanzanie, permettant de conclure que les Africains de la Côte Est faisaient du commerce international avant le contact arabe. Enfin, les populations et les rois que les explorateurs ont vu dans la région étaient très noirs, plus noirs mêmes que les populations d’aujourd’hui. Tout ceci montre que les civilisations de la Côte Est étaient présentes avant le contact arabe et perse. Si l’islamisation allait profondément imprégner la civilisation Somali, il y a donc toutes les probabilités pour qu’elle soit africaine dans ses fondements.

Ruines d'une ville ancienne large de 4 Km au large de la Tanzanie, et découvertes en 2016 A noter les immenses blocs de corail taillé Rhapta?
Ruines d’une ville ancienne large de 4 Km en Tanzanie, et découvertes en 2016
A noter les immenses blocs de corail taillé
Rhapta?

Le chercheur RP Matthews dit ainsi « (toutes ces villes de la côte Est) étaient essentiellement africaines… Il est de plus en plus manifeste que l’on ne saurait les considérer comme des colonies arabes ou persanes (…) d’après les descriptions données par les géographes du Moyen âge, ces habitants étaient sans doute des Noirs et ils avaient même un type plus négroïde que celui de la population actuelle… » [1].

L’organisation des Sultanats Somali

Les cités Somali étaient réparties en sultanats s’étendant en Somalie, à Djibouti, en Ethiopie et en Erythrée. On peut citer parmi eux Adal, Ifat, Ajuran, Wargansali, Mogadiscio.

Le sultan de Mogadiscio avait des ministres, des experts légaux, des commandants, et bien d’autres officiels. On trouvait des eunuques à la cour. Le voyageur arabe Ibn Battuta décrivait la présence d’hommes portant des parasols avec un oiseau doré au-dessus, dans le cortège royal. Il notait que la pratique était identique à celle d’Afrique de l’ouest (empire du Mali). Le grand oiseau (Horus) associé au souverain, qu’on retrouvait aussi en Egypte, à Madagascar, au Zimbabwe et chez les Yoruba montre que le pouvoir Somali était africain à la base. Le voyageur arabe Ibn Battuta décrivait au 14e siècle les élites vêtues de robes en soie et le Sultan comme portant un grand manteau fourré importé de Jérusalem avec du lin égyptien brodé aux bords, un pagne en soie et coiffé d’un turban.

L'ancien port de Mogadiscio
L’ancien port de Mogadiscio

L’activité commerciale était un des piliers de l’économie des Somali. Mogadiscio était habitée par de nombreux riches marchands. Les Somali exportaient notamment des tissus de haute qualité, de l’or et de l’ivoire. L’activité portuaire était très développée. Toute la côte Est africaine – de la Somalie au Mozambique – jouissait d’une prospérité économique exceptionnelle, accentuée par l’exploitation des mines du Zimbabwe.

Les sultanats Somali faisaient battre monnaie et les pièces portaient les noms des souverains successifs. La présence de ces pièces est attestée aux Emirats Arabes Unis. Des pièces de monnaie du Sri Lanka, du Vietnam et de la Chine ont été retrouvées en Somalie. Il y avait des ambassadeurs Somali en Chine au 15e siècle et vice versa. Sur les marchés on trouvait en abondance de la viande de chameau, du blé, de l’orge, des épices, des fruits, etc… Les Somali se nourrissaient tellement bien qu’ils étaient obèses.  

Les villes Somali et leur architecture

Au 15e siècle, un chinois qui était venu visiter Mogadiscio rapportait la présence de hautes maisons de pierre de 4 à 5 étages [2]. Mais c’est le voyageur arabe Ibn Battuta, qui avait visité une grande partie de l’Afrique au 14e siècle, qui nous a laissé la plus précieuse description des villes Somali.

Ibn Battuta qui avait visité l’Asie et le monde arabo-musulman abhorre d’abord Zeila, qui était confrontée aux problèmes d’urbanisation et dit – bien qu’étant une grande ville – elle est « la plus sale, la plus désagréable… ville du monde » [3]. Puis de Mogadiscio, il dit qu’elle est une ville de taille « excessivement large ». Ce qualificatif de la part d’un Arabe de l’époque est comparable à celui d’un Américain aujourd’hui qui utiliserait les mêmes mots. Mogadiscio était gigantesque.

Vasco de Gama disait de Mogadiscio au 15e siècle qu’elle était une grande ville avec des palais imposants et des mosquées avec de grands minarets cylindriques en son centre, ainsi que des maisons hautes de 5 étages [4]

Marka
Marka
Vue aérienne de Taleh
Vue aérienne de Taleh
Hafun
Hafun
Gondershe
Gondershe
Hafun
Hafun
Hafun
Hafun
Remarquez le travail fait sur cette porte
Remarquez le travail fait sur cette entrée
mogadiscio
Mogadiscio
Taleh
Taleh

Le déclin de la civilisation Somali

La civilisation Somali a décliné en raison des attaques de la traite négrière européenne. Au 17e siècle, les grandes villes Somali n’étaient plus que l’ombre d’elles-mêmes, avant de tomber sous domination arabe. Cette page d’histoire a été racontée ici.

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama

Notes :

  • Janakesho 
  • Histoire générale de l’Afrique, volume 4, chapitre 17, Unesco
  • Culture and Customs of Somalia, Mohamed Diriye Abdullahi
  • Wikipedia
  • International Business Time 
  • [1] Afrique noire, démographie, sol et histoire, Louise Marie Diop-Maes, page 100.
  • [2] Idem, page 99
  • [3] Gouvernement de la Somalie 
  • [4] The history of Somalia, Raphael Chijoke Njoku