Djehouty-Messou (Thoutmosis III), le plus grand Africain de l’histoire

17 campagnes militaires, 17 victoires et la naissance de la période impérialiste de la plus grande civilisation de tous les temps. Il y a plus de 3400 ans, ce Roi invincible obsédé par sa marque dans l’éternité, s’élevait au sommet absolu de l’histoire du monde noir.

Menkheperrè Djehouty-Messou
Temple de Deir el Bahari

Titulaire du Pharaon

Nom de naissance : Djehouty-Messou Neferkheperou Hekaouset (Celui qui est né de Djehouty (Thot), aux devenirs parfaits, maître de Ouaset (Thèbes)) 

Nom de Roi : Menkheperrè (que l’évolution (définie par Dieu) demeure)

Nom de faucon d’or : Bik Nebou Djeserkhaou Sekhempehty (aux apparitions sacrées et à la force imposante)

Nom des deux déesses (vautour de Haute-Egypte et cobra de Basse-Egypte) : Nebty Wah Nsut mi Râ m pet (dont la royauté est durable à l’égal de celle du Soleil dans le ciel)

Nom d’Horus : Horo Kanekhet Kha-m-Ouaset Mariri Kai Hedjet (Horus taureau victorieux qui apparait radieux dans Ouaset)

Le fils d’Aïssata 

Vers -1492. Après les décès prématurés des princes héritiers Imana-Messou et Wadji-Messou, le pharaon Aakheperkaré (Thoutmosis I) couronne sa fille bien aimée Hatchepsout, seul enfant vivant de la grande reine Yahmessou. 

Aakheperkaré marie Hatchepsout à son fils Neferkhaou, né d’une épouse royale secondaire et qui devient par conséquent pharaon. Hatchepsout dans la lignée de la tradition matriarcale africaine, s’impose comme véritable maître du pays. De son union avec son frère nait une fille.

En surpoids et maladif, Neferkhaou (Thoutmosis II) décède après 13 années au pouvoir. Son fils de 5 ans, Djehouty-Messou, né de l’épouse royale soudanaise Aïssata, est désigné comme héritier.

Le pharaon Neferkhaou (momie) et l’épouse soudanaise Aïssata
Parents de Djehouty-Messou

Hatchepsout profitera du jeune âge de l’enfant, de son lignage continue avec les reines d’Egypte, de la volonté de son propre père qui l’avait couronnée, et du soutien du clergé, pour devenir, deux ans plus tard, la première femme portant tous les titres de pharaon.

C’est donc derrière Hatchepsout, la femme noire la plus puissante de l’histoire, que Djehouty-Messou allait attendre pendant 22 années, d’avoir les pleins droits sur l’Egypte.   

Un pouvoir militaire 

L’héritier est initié au pouvoir et dès son adolescence, exerce une corégence avec sa tante Hatchepsout. Très athlétique, il multiplie les exercices militaires et excelle dans le maniement du char et des arcs. Sa mère Aïssata pendant ce temps, use de son influence pour lui assurer un entourage fidèle dans l’armée et le clergé.

Alors que la pieuse pharaon Hatchepsout prêche la paix avec toutes les nations, Djehouty-Messou et ses partisans sont en faveur d’une ligne dure contre les pays orientaux qui défient l’Egypte.

A la mort de la reine, le fils de Neferkhaou devient le seul maître de Ta Mery (l’Egypte). Il prend ses fonctions le 14 Janvier 1458 av. JC.

Djehouty-Messou

Un siècle plus tôt, l’Egypte sous le pharaon Yahmessou s’était libérée de 190 ans d’occupation du nord de son territoire par des peuples d’Asie appelés Hyksos. Ta Mery avait, pendant cette période, été prise en étau par les peuples du Proche-Orient alliés aux Soudanais.

A partir de Yahmessou, la control sur ces deux régions était devenue l’objectif militaire de tous les Pharaons, afin de se créer un espace vital. C’est de cet impératif sécuritaire qu’était née la politique impérialiste égyptienne. Aakheperkarè avait soumis les royaumes adversaires, qui s’étaient peu à peu affranchis devant l’attitude peu militariste d’Hatchepsout.

Un puissant Etat, la Mitanni, s’était formé en Irak actuel et défiait ainsi la puissance de l’Egypte. A la veille de la mort de la Reine, le roi syrien de Kadesh avait monté une formidable coalition soutenue par la Mitanni et qui menaçait l’Egypte.

C’est donc armé du glaive de la justice et de la vérité (Maât), et porté par Imana-Râ (Dieu) que Djehouty-Messou mènera en 20 années 17 campagnes militaires sans défaite, qui allaient bâtir sa légende. Les récits de ces guerres ont été consignées surtout par le scribe égyptien Tjenen.  

La conquête

A la tête de 10 000 hommes, Djehouty-Messou part de Men Nafooré (Memphis), et arrive à Gaza après 10 jours. Grace à son puissant réseau de services secrets, le Roi apprend que la coalition ennemie siège dans la ville fortifiée de Megiddo. Malgré l’avis contraire de ses généraux et la fatigue de ses troupes, il décide de passer par les reliefs difficiles d’Arouna pour surprendre ses adversaires.

Les Africains encerclent la ville depuis les hauteurs montagneuses et lui font subir des attaques incessantes. Ils creusent des fosses géantes autour et l’assiègent pendant 7 mois. Megiddo  est terrassée par le blocus et les assaults. Affaiblie par la faim, elle se rend. Djehouty-Messou victorieux est révéré.

Illustration d’une bataille à Megiddo
Auteur inconnu

Pendant 7 ans, le Roi avançant sur son char doré à la tête de sa colossale armée, va s’appliquer à briser les pays de la coalition un par un, au point de passer la majeure partie de l’année hors de l’Egypte. Il arrive à Kadesh, affame le campement et fait saccager la ville, qui capitule. Les ports du Proche-Orient tombent tous sous sa souveraineté. La nation noire de Djahi (Canaan-Phénicie), plie aussi. 

Plus loin la Mitanni, le grand ennemi, tient toujours. Le pays se pense protégé par le fleuve Euphrate. Le pharaon a l’idée folle et de génie de faire construire des bateaux dans le port de Byblos au Liban actuel, qui sont ensuite transportés à travers tout le désert syrien, jusqu’à l’Euphrate.

Les mitanniens médusés sont impuissants devant les troupes égyptiennes qui se rendent maitres du fleuve. Le pays plie lors des campagnes successives. 

Djehouty-Messou écrasant ses enemis Gravure du temple de Karnak
Djehouty-Messou écrasant ses enemis
Gravure du temple de Karnak

La nation noire minoenne en Crète (Grèce), Chypre, la Lybie et les Hittites (Turquie), si turbulents jadis, se soumettent tous au pharaon. Les Bédouins, ancêtres des Arabes, sont également vaincus par Djehouty-Messou qui étend son contrôle sur l’Arabie.

Tous les rois des régions conquises se hâtent de donner leurs filles au roi africain en signe d’allégeance. Le Hittite grâce au contact des Egyptiens devient la première langue indo-européenne écrite de l’histoire.

Djehouty-Messou mène enfin une campagne de conquête de la Nubie (Soudan), pays de sa mère. Les butins de guère enrichissent encore Ta Mery qui atteint son apogée politique. Le Pharaon  porte l’extension géographique de l’empire égyptien à son maximum – du pays divin de Pount dans les grands Lacs africains à l’Irak-Arabie, en passant par le Soudan et la Libye, et les iles de la Méditerranée Est.

A coté de la présence militaire, il fait éduquer les princes des régions conquises à la cour égyptienne et entreprend une politique de développement pour s’assurer la main mise sur le nouvel empire. 

Djehouty-Messou, le roi savant et bâtisseur 

Djehouty-Messou faisant des offrandes à Horus, son équivalent divin en temps que Pharaon
Temple de Deir el Bahari

Passionné de botanique, le pharaon se livrait beaucoup à l’écriture. Il fut aussi un homme imprégné d’une forte conscience historique et de son héritage ancestral. Il fit ainsi dresser une liste de tous les rois d’Egypte et restaura de nombreux édifices bâtis par ses prédécesseurs. Il ressort clairement que Djehouty-Messou voulait être le plus grand roi de tous les temps, le plus fort de tous et le plus aimé d’Imana/Amen (Dieu).  

Son oeuvre architectural fut importante. Il a bâti plus de 50 temples et enrichi le saint des saints, le temple d’Imana à Karnak, de nombreuses constructions, y faisant graver ses exploits militaires pour la postérité. Mais sa construction la plus emblématique et la mieux préservée est l’Akhmenou. Bâtie par l’architecte Ineni, elle était le lieu de la fête africaine de la regeneration de la force du roi. 

L’Akhmenou. Dans la tradition africaine, après 8 à 10 années, la force du roi était considérée comme affaiblie et cette faiblesse le rendait inapte à régner. La force devait donc être régénérée par un ensemble de rites lors de la fete dite du Sed en Egypte.

La fin

Le pharaon transitionna vers son Ka à l’âge de 64 ans, soit une vie deux fois plus longue que l’espérance de vie de l’égyptien moyen. Le scribe Imana m Heb fit part de son décès par ces mots « Le Roi avait accompli son temps, de nombreuses belles années de courage, de force, de triomphe depuis l’an 1 jusqu’à l’an 54 (de son règne), le dernier jour du 3e mois de Peret, en la Majesté du Roi de Haute et Basse-Egypte, Menkhéperrê, justifié. II s’éloigna donc vers le ciel, s’unissant à l’astre (solaire), le corps de la divinité (ancêtre divin) se fondant en celui qui l’a fait (Dieu)« .

Pour avoir inauguré la période impérialiste de la plus grande civilisation de tous les temps, Djehouty-Messou demeure le plus grand pharaon d’Egypte et le plus grand Africain ayant marché sur la Terre.

Les spécialistes militaires partout dans le monde le considèrent comme un génie et un des plus grands conquérants de l’histoire. Gravé sur les murs de Karnak, le Roi fit écrire un hymne de guerre vibrant dans lequel Dieu le guide de victoire en victoire :

Mi oudjou i n ek ta m aou ef, ousekh ef Conformément à ce que j’ordonne (Moi, Imana) pour toi, la Terre, dans sa longueur et dans sa largeur
Imentiou Iabtiou kher set hery ek Les Occidentaux et les Orientaux seront sous ton autorité
Khend ek khasout nebout Et tu fouleras aux pieds tous les pays étrangers
Ib ek aouou D’un cœur joyeux
Nen ounou hesy sou m kaou Hem ek Pas un ne s’avance à proximité de ta Majesté
Ti wi m seshemou ek Tant que je suis ton guide

(…) Mi oudjou i Conformément à ce que j’ordonne
Di bedesh tekekou, iou sen m haou ek Je ferai que les agresseurs défaillent, lorsqu’ils viennent auprès de toi
Makh n ibou sen Leurs cœurs étant devenus brûlants
Haou sen sedaou Et leurs membres étant tremblants

Djehouty-Messou écrasant ses ennemis, en présence d’Imana, figuré sous sa forme masculine et avec la couleur divine noire charbon.

(…) Ii n i, di titi ek imyou nebout sen Je suis venu, je veux faire que tu écrases ceux qui sont dans leurs cuvettes
Tawy nou Mitani sedaou kher sendjou ek Les terres du Mitanni tremblant sous la peur que tu inspires
Di ma sen Hem ek m depy neb sendjou m mou Je veux faire qu’ils voient ta Majesté comme un crocodile, seigneur de la terreur parmi les eaux
N teken n tou ef Qui ne peut être approché

(…) Ii n i, di titi ek imyou hat ta Je suis venu, je veux faire que tu écrases les habitants de la frontière
Seneh ek aryou sa m sor ankh Et que tu lies les Bédouins comme des captifs
Di ma sen Hem ek mi sab maou Je veux faire qu’ils voient ta Majesté comme le “chien du Sud”
Neb geset hepouty Khonsou Tawy Seigneur de la course, le coureur qui traverse le Double-pays

(…) Di khou ek J’assurerai ta protection
Sa i, merrou i, Horo ka nkhet, khaou m Ouaset Mon fils, aimé de moi, Horo (Horus) taureau victorieux, qui est apparu glorieux dans Ouaset (Thèbes)
Outjou n i m haou ntjer, Djehouty-Messou, ankhou djet Que j’ai engendré de ma chair divine, Djehouty-Messou, vivant éternellement

(…) Semen i tou her es set Horo n hehou m renpout Je veux t’établir sur le trône d’Horus pour des millions d’années
Seshem ek ankhou djet De sorte que tu gouvernes les vivants, pour l’éternité

Momie de Menkheperrè Djehouty-Messou
National Geographic

Pour lire l’hymne en entier, cliquez ici

Hotep !

Par: Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction du texte de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)

Notes :

    • – antikforever.com
    • – Civilisation ou Barbarie, Cheikh Anta Diop, pages 121-122
    • – Encyclopedia Britannica
    • – Stèle poétique de Thoutmosis III par rennesegypto
Spread the love