Comment les peuples blancs sont apparus sur Terre

L’homme moderne est né en Afrique et de cet humain noir sont issus tous les peuples du monde. Comment les différents traits du visage et couleurs de peau sont-ils donc apparus ? Tout n’est pas connu. Il existe toujours des questions mais la recherche a fait de grandes avancées, notamment avec l’étude génétique de l’Université de Harvard de 2015, qui a porté sur des fossiles d’hommes modernes de l’Europe ancienne.

De Toumaï à Omo 1 : la naissance de l’homme

D’après les théories scientifiques, il y a environ 13 milliards d’années que le monde a été créé. Jusqu’à il y a 65 millions d’années une espèce a dominé sur la Terre, celle des dinosaures. L’extinction des dinosaures par un astéroïde entré en collision avec la planète a permis l’émergence de petits mammifères. C’est ainsi qu’il y a près de 10 millions d’années un primate à l’identité inconnue a enfanté le chimpanzé et le premier hominidé de l’histoire. Ce premier hominidé, ce pré-humain qui ne se distinguait que peu du singe porte le nom de Toumaï. Son fossile a été trouvé au Tchad. Il est vieux de 7 millions d’années.

Toumaï Le premier hominidé de l'histoire
Toumaï
Le premier hominidé de l’histoire

A partir de Toumaï l’hominidé va continuer à évoluer en Afrique à travers Homo erectus, Homo habilis, Homo naledi, Homo rhodesiensis etc… Ces fossiles sont particulièrement concentrés en Afrique de l’Est et en Afrique australe. Certains de ces pré-humains iront peupler les autres continents mais finiront par disparaître.

C’est il y a 200 000 ans que le premier homme moderne, avec le front, le cerveau et le menton notamment qui permettent de le définir ainsi est né. Il s’agit de l’Omo 1 dont les restes ont été trouvés à Kibish au sud de l’Ethiopie. Ce sont ces Africains premiers, ces femmes et hommes noirs qui vont aller à la conquête du monde.  

Omo 1 Le premier homme moderne de l'histoire
Omo 1
Le premier homme moderne de l’histoire

Et l’Africain peupla la Terre entière…

Il y a 100 000 ans, l’Africain commence son périple hors du continent en entrant en Palestine et au Yémen. D’Israël au Japon il est le premier homme moderne à occuper l’Asie entière. De l’autre côté en Afrique de l’ouest, les Noirs de petite taille (pygmées) profitent des courants marins sur l’océan atlantique pour arriver au Brésil il y a 50 à 65 000 ans, donnant sa population initiale à l’Amérique. Depuis l’Asie du sud-est, l’Africain arrive en Australie il y a 50 000 ans, et peuple toutes les îles du pacifique jusqu’à Hawaï. Enfin toujours depuis l’Asie, il entre en Europe il y a 40 000 ans et va jusqu’en Scandinavie, jusqu’en Angleterre.

A gauche un Noir en Syrie ancienne A droite les Jarawa qui vivent tout au sud de l'Inde. Ils y sont depuis 100 000 ans.
A gauche un Noir en Syrie ancienne il y a 1000 ans (Image authentifiée par Runoko Rashidi) 
A droite les Jarawa qui vivent tout au sud de l’Inde. Ils seraient sortis d’Afrique il y a 100 000 ans.
Nous avons trouvé cette image des Ainu du Japon que nous n'avons pas pu authentifiée par des sources fiables. Ceci dit les vêtements et les coiffures sont identiques à toutes les images des Ainu que nous avons vues. On voit donc qu'il y a au moins 4 Noirs sur cette image. Celui d'en bas à droite est presque parfaitement africain.
Les Aïnu, les premiers habitants du Japon. Ils étaient probablement entièrement noirs au départ avant l’arrivée du type mongol plus tard. Image du tournant du 20e siècle. 
A droite reconstitution de Luzia, le plus ancien habitant de l'Amérique. Le squelette est vieux de 12 000 ans. A droite Apunia vieux de 10 000 ans Les deux étaient des Noirs de petite taille
A gauche reconstitution de Luzia, le plus ancien habitant de l’Amérique dont les restes ont été trouvés. Le squelette est vieux de 12 000 ans.
A droite Apunia vieux de 10 000 ans
Les deux étaient des Noirs de petite taille
A gauche les Aborigènes d'Australie A droite Kamehameha, le fondateur noir du royaume d'Hawaï
A gauche les Aborigènes d’Australie
A droite Kamehameha, le fondateur noir du royaume d’Hawaï il y a 2 siècles
L'homme de Grimaldi, le premier habitant de l'Europe, vieux de près de 40 000 ans Reconstitution de son visage diffusée par la BBC A droite squelettes des premiers habitants noirs de l'Europe, conservés au musée de Monaco
L’homme de Grimaldi, le premier habitant de l’Europe, vieux de près de 40 000 ans
Reconstitution de son buste diffusée par la BBC
A droite squelettes des premiers habitants noirs de l’Europe, conservés au musée de Monaco
Droite : Venus de Willendorf (Autriche). Vieille de 23 000 ans, avec des tresses africaines. Gauche : Venus de Dolni Vestonice, République tchèque, vieille de 29 000 ans, avec des formes africaines. Musée d’Histoire naturelle.
A droite la Venus de Willendorf (Autriche). Vieille de 23 000 ans, avec des tresses africaines.
A gauche la Venus de Dolni Vestonice, République tchèque, vieille de 29 000 ans, avec des formes africaines. Musée d’Histoire naturelle.

Voilà comment la planète entière a été peuplée par les Noirs et que pendant des milliers d’années il n’y a eu que des Noirs dans le monde. Comment les Blancs européens, les Asiatiques, les Arabes etc… sont donc nés ? Tout aurait commencé il y a seulement 7700 ans.

Le rôle central de la vitamine D

La vitamine D est un élément qui permet au corps d’absorber le calcium et de fabriquer ainsi les os. Or une des étapes de la production de la vitamine D nécessite l’action des rayons du soleil. Lorsqu’il y a du soleil en quantité suffisante, le corps synthétise de la vitamine D. Mais lorsque ce soleil est excessif comme en Afrique, alors il est dangereux pour la peau et peut même entraîner des cancers. Le corps produit donc un pigment appelé mélanine qui va protéger la peau. C’est la mélanine qui donne une couleur marron foncée ou noire à la peau.

Les Noirs sont noirs parce que leurs corps se sont adaptés au soleil d’Afrique. La mélanine laisse passer une quantité suffisante de rayons solaires afin de produire la vitamine D pour les os, et protège en même temps la peau des excès.

Lorsque le Noir est arrivé au nord de l’Europe, il a rencontré un climat glacial. A cette époque même la Suisse était couverte de glace. Cette période glaciaire, commencée il y a 130 000 ans et terminée il y a 10 000 ans, s’appelle la glaciation wurmienne. Dans cet environnement, le froid était excessif et le soleil rare. La mélanine empêchait le peu de soleil qui existait de passer à travers la peau et la vitamine D n’était que peu produite.

On présume que cette carence en vitamine D due à la mélanine, causait des fractures avec leurs lots d’invalidité et de morts prématurées. D’après les études de Clemens TL et al. en 1982 et de Carolina Bolina et al. en 2014, pour une exposition au soleil identique, les Blancs produisent plus de vitamine D que les Noirs. Le corps en Europe ancienne devait par conséquent se débarrasser de la mélanine.    

Schéma de la production de la vitamine D On voit bien que les rayons du soleil interviennent dès le début de la réaction
Schéma de la production de la vitamine D
On voit bien que les rayons du soleil interviennent dès le début de la réaction

1. Comment les Blancs européens sont apparus sur Terre

  • La peau blanche

Il y a 8500 ans encore, le Luxembourg, la Hongrie ou l’Espagne étaient peuplés par les Noirs. Il y a 7800 ans, les Africains de l’ouest de l’Asie, dits Eurasiens originaux arrivent en Europe et disséminent deux gènes, il s’agit de SLC24A5 et SLC45A2. Ces gènes sont responsables de la couleur blanche de la peau. Les populations en Scandinavie – région toujours plus froide que la moyenne européenne – commencent à blanchir il y a 7700 ans. Ces premières populations claires ou blanches en Scandinavie portaient aussi le gène HERC2/OCA2, qui est associé à la peau blanche, les cheveux blonds et les yeux bleus.

Les Blancs étant mieux adaptés à cet environnement d’après ce qui a été dit plus haut, certainement ils ont vécu plus longtemps et se sont plus reproduits. C’est ce qu’on appelle la sélection naturelle. C’est il y a 5800 ans seulement, pense-t-on, que l’Europe serait devenue à prédominance blanche.

Ce que ces études génétiques très valables ne disent pas clairement c’est que ces 3 gènes font autre chose ou plutôt la même chose. Et c’est là le cœur de tout ceci : Ces 3 gènes… sont des gènes de l’albinisme.  Ces trois gènes – entiers ou à travers leurs précurseurs – sont retrouvés en Afrique. OCA2 particulièrement est responsable du type d’albinisme le plus prévalent en Afrique. OCA est l’abréviation d’Albinisme Oculo-Cutané. Tout cela veut donc dire qu’en raison des contraintes environnementales en Europe ancienne, la nature a fini par répondre en rependant et en fixant l’albinisme. Vu l’ancienneté des Africains, l’albinisme est donc un trait d’origine africaine. La peau blanche des Européens est d’origine africaine.  

C'est l'albinisme, qui est né en Afrique, qui est à l'origine de la peau blanche des Européens
C’est l’albinisme, qui est né en Afrique, qui est à l’origine de la peau blanche des Européens
  • Les couleurs de cheveux et d’yeux

Comme on vient de le voir l’albinisme en Europe s’est associé avec la blondeur des cheveux. C’est la même chose en Afrique. L’écrasante majorité des Albinos sont blonds. Par ailleurs il y a des roux sur le continent noir, hors de tout métissage. On compte même des Africains avec des taches de rousseur. Si ces couleurs de cheveux chez les Noirs sont très minoritaires, elles existent bel et bien. La diversité capillaire des Européens n’est de ce point de vue pas originale, ce serait une diversité d’origine africaine qui a été amplifiée en Europe.  

La même chose peut être dite des yeux bleus et verts. Ils existent en Afrique et se sont démultipliés en Europe, probablement avec la dispersion du gène OCA2.

Homme africain albinos avec les cheveux blonds Jeune femme africaine partiellement albinos avec les cheveux roux et les tâches de rousseur
Homme africain albinos typique avec les cheveux blonds
Adolescente africaine partiellement albinos avec les cheveux roux et les tâches de rousseur
Nourrisson noir aux cheveux roux
Nourrisson noir aux cheveux roux
Des Africains avec des yeux bleus et verts
Des Africains avec des yeux bleus et verts

  • Les cheveux lisses

Contrairement aux couleurs de cheveux et d’yeux qui seraient des coïncidences génétiques, les cheveux lisses semblent avoir joué un rôle important dans le climat froid ancien. D’après la cosmétologue camerounaise Naturi Ebène, l’ensoleillement de l’Afrique exige de protéger la tête de la chaleur excessive. C’est pourquoi les cheveux y ont pris une forme spiralée pour former une couronne épaisse autour du crâne. Le port naturel du cheveu crépu est la coiffure dite afro, qui met la tête à l’abri des rayons solaires.

Dans le froid européen par contre, les contraintes étaient différentes. On peut avancer qu’avec le cheveu crépu, les organes respiratoires externes étaient plus exposés au froid et aux maladies. Par contre avec le cheveu lisse qui retombe sur la tête, la protection aurait été meilleure.

Mais ici encore, il existe des Noirs – parfois même très noirs – avec des cheveux lisses. Ils ont été décrits dès l’antiquité au Soudan par les Grecs, en Iran ancien par Hérodote. On les voit encore aujourd’hui en Inde et même en Afrique avec les Peuls. Ces derniers d’après les études génétiques sont des Africains et ne peuvent pas être considérés comme des métis.  

Femme Borana du Kenya avec les cheveux lisses
Femme Borana du Kenya avec les cheveux lisses
Les Noirs d'Inde, dits Dravidiens, avec leurs cheveux lisses
Les Noirs d’Inde, dits Dravidiens, avec des cheveux lisses

  • Les traits fins

D’où viennent le nez mince et pointu et le visage long des Européens ? On sait aujourd’hui qu’un nez long et des narines étroites réchauffent mieux l’air en climat froid que le nez court et les narines larges des Africains. On peut faire une analogie avec le quotidien en disant que quand il fait chaud on ouvre grand les fenêtres pour laisser l’air passer, et quand il fait froid on ferme les fenêtres et on met le chauffage. Il est raisonnable de penser que les premiers Européens aux narines larges faisaient plus de maladies respiratoires que ceux aux narines minces. La sélection naturelle aurait donc favorisé ce trait qui se serait accompagné du visage long.

On the left the Black skull has prognathism, is dolichocephalic, with a short face. On the right the White skull has orthogonathism, is brachycephalic, with a long face.
Ceux qui nous lisent habituellement reconnaissent cette image. A gauche il s’agit d’un crâne africain typique avec une face courte, une mâchoire avancée (prognathisme). On peut encore voir cette mâchoire sur le sphinx en Egypte aujourd’hui ou sur la momie de Ramsès II. Enfin le crâne africain a une tête longue d’avant en arrière (dolichocéphalie). A droite, il s’agit du crâne typique d’un Blanc : Face longue, mâchoire alignée avec le front, tête courte d’avant en arrière (brachycéphalie). Nous avions utilisé cette image pour démontrer que tous les crânes retrouvés à Carthage, excepté un, correspondaient au type de gauche et que Carthage était par conséquent une civilisation noire. Sauf que si le crâne de gauche est spécifique aux Noirs, le crâne de droite n’est pas spécifique aux Blancs. Il existe des Noirs avec le crâne de droite. Les Peuls en sont un exemple. On voit aussi des visages fins chez des Rwandais ou chez des Somali exempts de tout métissage. Ils sont encore plus fréquent chez les Noirs d’Inde dits Dravidiens. Les traits des Européens seraient donc eux aussi d’origine africaine.
Les Noirs avec des traits fins  Un Dravidien, une Peule, un ancien Iranien (Elamite)
Des Noirs avec des traits fins
Un Dravidien, une Peule, un ancien Iranien (Elamite)

En somme, rien ou presque de ce qui caractérise le Blanc européen aujourd’hui ne lui serait propre. Le Blanc apparaît comme une recombinaison du Noir, répondant aux contraintes du climat froid et démuni de soleil. La peau blanche de l’albinisme, les cheveux lisses, blonds, roux, les yeux bleus et verts, le visage fin, sont des traits existant en Afrique, qui se sont amplifiés en Europe.

2. Comment l’Asiatique est apparu sur Terre

Les Asiatiques sont bel et bien des Blancs, même si l’idéologie racialisante de la colonisation européenne a essayé de leur donner une couleur jaune imaginaire. Les populations actuelles de l’Asie de l’Est portant également OCA2, elles sont donc aussi albinisées. Mais d’où viennent les yeux bridés ? Eh bien cette caractéristique se serait rependue dans les montagnes enneigées du nord de l’Asie, entre la Sibérie et la Mongolie.

En haute altitude la lumière est particulièrement forte. L’œil doit donc s’en protéger en rétrécissant son ouverture, tout comme chacun le fait encore aujourd’hui quand une lumière est allumée brusquement. Par ailleurs les yeux à ouverture réduite sont protégés des vents froids. C’est la quasi-permanence de ces deux phénomènes qui aurait favorisé les yeux dans cette forme.

Ici encore une fois, on trouve son corollaire en Afrique chez les Khoisans (Bushmen). Les Khoisans sont un des peuples les plus anciens au monde. Les reconnaître est facile. Ce sont des Noirs avec le visage plutôt plat, les yeux bridés et souvent la peau un peu claire. Les contraintes de l’environnement en Asie auraient-ils favorisé la dissémination de ces traits d’origine africaine? C’est bien tôt pour l’affirmer. Il faudrait plus d’éléments de preuves pour confirmer cette hypothèse.

Les yeux bridés des Asiatiques viennent-ils à l'origine des Khoisan d'Afrique australe?
Les yeux bridés des Asiatiques viennent-ils à l’origine des Khoisan d’Afrique australe?

3. Comment les autres Blancs sont apparus sur Terre

Il y a 5000 ans environ, le Blanc du nord de l’Eurasie arrive au Moyen-Orient et croise le Noir avec lequel il se métisse. C’est la naissance du Blanc sémitique. Cheikh Anta Diop avançait dans Nations Nègres et culture, que les Akkadiens en Irak étaient les premiers blancs sémitiques. Tous les Blancs sémitiques sont issus de la rencontre entre le Blanc et le Noir. Ainsi, les Arabes sont des métis de Blancs et de Noirs originaux d’Arabie, dits Sabéens. Les Hébreux, les Palestiniens, les Libanais, les Syriens, sont des métis de Blancs et de Noirs cananéens-phéniciens du Proche-Orient. Les Blancs berbères sont des métis de Blancs européens mis en esclavage par le monde musulman, et de Noirs berbères originaux du Maghreb. Ils n’ont pas plus de 1000 ans d’existence.

Les Amérindiens sont des métis d’Asiatiques entrés en Amérique il y a 5000 ans et de Noirs originaux d’Amérique. Les Latino sont des métis d’Amérindiens et de colons européens. Ils n’ont pas plus de 500 ans. En gros voilà comment la diversité humaine serait apparue.

Implications sur la civilisation humaine

Ce qui est présenté ici nous permet, d’avancer ou de confirmer certaines hypothèses concernant les cultures humaines :

  • Si on s’en tient aux datations géologiques sur le Sphinx par Robert Schoch de l’université de Boston qui lui donne 10 000 ans d’âge, ceci est un élément supplémentaire à verser quant au caractère noir de la civilisation égyptienne. Les Africains auraient donc commencé à élever le Sphinx alors que les Blancs n’existaient pas.
  • La même chose peut être dite du site de Gobekli Tepe en Turquie. Ce site sophistiqué vieux de 9 000 ans est l’œuvre des Noirs.
  • La même chose peut être dite de la civilisation de Bimini aux Antilles, qui serait vieille de 10 000 ans. On est bien obligé de conclure que la plus ancienne civilisation d’Amérique est l’œuvre des Noirs.
  • Cela n’étonnera aussi personne si on vient à confirmer que le très célèbre site de Stonehenge en Angleterre a été bâti par les Noirs. L’historien Ivan Van Sertima dans African Presence in Early Europe à la page 221, rapporte ainsi les dires du chercheur britannique Charles Squire. Il décrivait les premiers habitants de la Grande Bretagne comme des Noirs pygmées venus d’Afrique. Qui plus est, les bases astronomiques de la construction de Stonehenge sont similaires à celles des pyramides d’Egypte et du grand enclos de la civilisation Shona au Zimbabwe.

Conclusion

Toute la diversité ou presque des hommes viendrait donc d’Afrique. La nature n’a que très peu créé hors du continent mère. En fait c’est comme si la nature savait que l’homme allait peupler la Terre entière et l’a créé dès le départ pour faire face aux différents environnements qu’il a rencontrés. Elle aurait surtout surexprimé – pour répondre aux contraintes de l’environnement – des traits que l’Africain possédait déjà. L’étude de Sarah Tishkoff et al. en 2009 confirme que les Africains ont la plus grande variété génétique au monde. Et celle-ci baisse au fur et à mesure qu’on s’éloigne de l’Afrique.

Pour être schématique, on dira que les Blancs sont des Albinos avec des traits peuls ou dravidiens, et les Asiatiques seraient des Albinos avec des traits khoisan. Ceci étant, nous tenons à dire que le terme albinos ne doit jamais jamais devenir un mot sujet de moqueries ou de mépris.

L’Afrique, en tant que berceau de l’humanité et de la civilisation a encore une fois la place centrale dans l’histoire de la Terre. Nous ne pouvons, en tant qu’Africains, qu’être honorés de ce rôle qui nous ait été donné.  

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama ©

Please follow and like us:
0