Behanzin, le Requin contre la colonisation

Astucieux, vindicatif, d’un orgueil immodéré, les qualificatifs utilisés par les ennemis de l’Afrique pour décrire le roi Behanzin rendent compte du fort caractère de ce géant, de la détermination d’un résistant exceptionnel à l’occupation européenne. Kondo le requin a écrit une des plus belles pages de bravoure du monde noir…

Kondo Behanzin

C’est au 59e siècle de l’ère africaine (17e siècle européen) que les Fon conquirent les terres du chef Dan au Bénin actuel et y fondèrent le royaume de Danhomé, c’est-à-dire sur le ventre de Dan car la capitale Abomey fut bâtie sur la dépouille enterrée de Dan. C’est Danhomé qui va être francisé en Dahomey. Le peuple conquérant Fon étant d’origine Yoruba, les Fon sont donc d’origine égyptienne comme les Yoruba [1,2].

Les Fon érigèrent sur les terres conquises une véritable civilisation, régie par Mawu (partie féminine de Dieu), les principes de Dieu (Vaudoun) et les Ancêtres. Le royaume était gouverné par un roi exerçant le pouvoir de droit divin, appuyé par une assemblée d’hommes et une assemblée de femmes comme chez les Yoruba et les Akan. Contrairement à ce qui est dit, Danhomé n’a pas fait fortune sur la collaboration avec les esclavagistes européens

The ruins of the architecture of Danhomey
Les ruines de l’architecture du Danhomé

Deux siècles plus tard, le roi Glélé signa un accord avec les français, plaçant le territoire de Cotonou sous leur administration. Mais Glélé, exerçant son droit moral sur ce territoire, se plaignit de l’installation d’un poste de douane français et devint inamical lorsqu’il essuya un tir d’obus. Le souverain en colère renia les accords. Les français, contraints de négocier, furent reçus par le prince Kondo en 6125 (1889), futur Béhanzin. C’était là la première confrontation  des européens avec un de leurs plus formidables adversaires.

King Behanzin and his wives
Le roi Behanzin et ses épouses

Kondo arrosa les français d’injures et montra son intransigeance. Ces derniers firent venir des bataillons armés pour protéger leurs possessions au Bénin. A la mort de Glélé, Kondo monta sur le trône en prenant le nom de Behanzin, c’est-à-dire L’univers tient l’œuf que la terre désire. Une référence à n’en pas douter à l’œuf de la création de l’univers appelé Souhet par les égyptiens anciens et Aki Ngoss par les Fang d’Afrique centrale. Le nouveau roi se choisi le requin pour animal totémique et prit comme devise « Le requin en colère vient troubler la barre », illustrant sa volonté de défendre la terre de ses aïeux contre les Français.

A la tête d’une armée de 15 000 hommes, le roi pouvait également compter sur une armée de 4000 femmes tueuses et impitoyables. Appelées Mino, elles constituaient sa garde rapprochée et il était toujours encadré d’elles pendant ses expéditions. Dirigées par une Générale, Elles étaient fanatisées autour de la personnalité divine du souverain. Les français grâce à leur renfort militaire expulsèrent les danhoméens de Cotonou, ce qui provoqua la réaction de Behanzin et le début d’une guerre de deux ans.

The Minos: here the veteran female warriors of Danhomey, it is the assembly of women that decided the entry into the war
Les Minos : Ici les vétérantes de la guerre contre les français. C’est l’assemblée des femmes du royaume qui décida de l’entrée en guerre

Le roi attaqua Cotonou et encercla le fief pro-français de Porto-Novo. Behanzin prit en otage les français de Ouidah ainsi que la première délégation venu négocier la fin des hostilités. Au terme des négociations, les traités antérieurs étaient respectés et le roi se voyait verser une indemnité annuelle pour l’occupation de Cotonou. Ignorant les coutumes locales, les français allèrent saluer Béhanzin avec des branches de palmier, attitude de demande de pardon. Ils se couvrirent de ridicule, ce qui accru le prestige du roi.

behanzin 5Cet accord donna aux deux parties le temps de réorganiser leurs forces et Behanzin, rompant le traité, attaqua les territoires sous administration française après avoir acquis 5000 fusils. Répondant à la lettre de protestation des autorités françaises, il dit « Est-ce que j’ai été quelques fois en France faire la guerre contre vous ? Moi je reste dans mon pays ». La France refusa de verser l’indemnité annuelle conclue dans les accords et le président Sadi-Carnot en personne nomma le colonel métis franco-sénégalais Alfred Dodds pour en finir avec Danhomé.

Behanzin mis au courant de la décision française dit « Je suis le roi des noirs et les blancs n’ont rien à voir à ce que je fais. Les villages dont vous parlez sont bien à moi, ils m’appartiennent et voulaient être indépendants, alors que j’ai envoyé les détruire et vous venez toujours vous plaindre. Je désirerais savoir combien de villages français indépendants ont été brisés par moi ? roi du Dahomey ». L’assemblée des hommes du royaume Fon rejeta l’entrée en guerre, l’assemblée des femmes vota en faveur et convainquit les hommes de ratifier la décision.

behanzin 6Dodds à la tête d’un armement lourd sophistiqué, et menant des troupes composés de légionnaires français et de tirailleurs africains bombarda Abomey, Calavi, Ouidah et Godomey. Behanzin à la tête d’une armée où on retrouvait aussi des belges et des allemands, résista héroïquement. Les femmes et hommes de Danhomé tombaient devant la supériorité militaire française. Toutes les forces furent jetées pour protéger le palais royal de Djehoué, dans un combat extrêmement meurtrier, forçant le retrait des français.

Le matin du 4 Novembre 6128, Béhanzin lança tous ses hommes valides et les Mino restantes pour défendre sa capitale mais il laissa 4000 morts et 800 blessés face à la force d’occupation. Il se retira dans le maquis, Danhomé tombait ainsi après près de 300 ans d’existence. Deux ans plus tard, le roi se rendit et fut déporté en exil à la Martinique avec sa famille avant d’être transféré à Blida en Algérie, où il mourra en 6142. Sa dépouille fut rapatriée à Cotonou en 6164.

Illustration of bombardments in Danhomey Source: Tidiane.net
Illustration des bombardements sur Abomey
Source: Tidiane.net
behanzin 8
Illustration de la reddition de Behanzin
behanzin 9
Behanzin et sa famille arrivant à la Martinique
Behanzin in Martinique with his wives
Behanzin et ses femmes à la Martinique
behanzin 11
Behanzin quittant Marseille en France pour l’Algérie
behanzin 12
Obsèques de Behanzin en Algérie
Behanzin’s totemic representation; the shark’s head and scales are to be noticed (Quai Branly Museum, France)
Représentation totémique de Behanzin, forme de requin

(Musée du Quai Branly, France)

19 Behanzin
Statue colossale de Behanzin. Le grand roi disait « Je n’accepterai jamais de signer aucun traité susceptible d’aliéner l’indépendance de la terre de mes aïeux »

Kondo le requin dont la mémoire reste très vive jusqu’à nos jours au Bénin actuel, reste un des plus grands résistants que l’Afrique ait connu.

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama © (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article est interdite sans l’autorisation de Lisapo ya Kama)                                    

Notes :

Spread the love